Article 100 : Critique de l'opening 44, "Ikusen no Meikyû de Ikusen no Nazo wo Toite"

Bonjour à tous et à toutes, Conan-patriotes !
L'opening 44 de Détective Conan est sorti récemment. Et il était très attendu : après un opening 43 de toute beauté, et l'annonce du retour du groupe « BREAKERZ », il n'en fallait pas plus pour que le fandom Détective Conan se languisse. Comme toujours, nous analyserons lan par plan, puis en donnerons une critique pour aboutir à une note sur 20. La remise des trophées du Kudo Awards est en bas comme d'habitude.


Cliquez ici pour voir l'opening


L'opening commence sur un plan du ciel, enneigé. On voit ensuite, dans une rue, Ran courir vers un Shinichi qui regarde vers le haut. Alors qu'il se retourne, Shinichi disparaît et Conan fait son apparition, dans un fond Photoshop tel que seule la production de Conan sait les faire.
Après la présentation habituelle de l'épisode, trois nouvelles images de Conan sur des fonds mouvants : Conan sur son skateboard, Conan qui vise avec sa montre à projectiles hypodermiques, et Conan qui tire dans un ballon.
Le logo « Meitantei Conan » apparaît derrière des modèles 3D de flocons de neige, puis on passe à un plan de Ran assise sous un arbre dans une grande plaine, et qui regarde son feuillage.
En plein en plongeant latéral nous permet de voir Conan assis à côté d'elle, qui la regarde d'un air mélancolique.
La plaine devient soudainement sombre, et on voit Conan tenter de s'enfuir des griffes de représentations démoniaques de Gin et de Vodka.
Alors qu'il est bloqué, Ran prend la main du détective et le fait s'échapper de là. Un plan de face de Conan permet de montrer que Masumi les suit à sa gauche, puis les Detective Boys à sa droite, puis Haibara, Kogorô et Sonoko.
Après quelques secondes de course, on retrouve Conan, seul dans l'immensité d'une plaine gelée et brumeuse, avec le soleil qui se lève progressivement.
Retour ensuite à la rue de Tôkyô, avec Shinichi écoutant Ran discuter tout en marchant au loin.


Comme on peut le remarquer tout au long du visionnage de l'opening, il est le reflet de la période à laquelle il est diffusé ; il est ainsi probable que cet opening 44 fasse partie des openings « jetables » qui changent lorsque le climat s'adoucira au Japon. En plus de sa qualité sonore et visuelle, ne nous attendons pas à une durée de vie exceptionnelle comme ce fut le cas pour quelques openings prédécesseurs.

Le thème du froid et de l'hiver, omniprésent dans la vidéo, nous rappelle ce qu'est réellement la série animée Détective Conan pour l'écrasante majorité de ses spectateurs japonais : un dessin-animé banal, qui ne fait que les accompagner dans leur vie de tous les jours. Le spectatorat japonais est loin d'imaginer toute la complexité de sa série, la plupart des épisodes étant là seulement pour refléter la vie quotidienne des japonais.

Malgré cela, la technique de cet opening, visuellement, est assez intéressante. Grâce à une palette de couleurs froides et rappelant l'hiver, ainsi qu'à un effet 3D bien réalisé et pas surutilisé (les flocons de neige lors du logo).

Seulement, la production de Détective Conan aurait dû se méfier pour cet opening hivernal, car la elle a des antécédents avec l'hiver. L'opening « Winter Bells », par exemple, de Mai Kuraki, avait démontré l'importance de faire un storyboard qui allait avec la musique en question : on s'était retrouvé avec Gin et Vodka sur une chanson romantique, festive et hivernale, ce qui n'allait pas du tout ensemble.

Malheureusement, ce qui nous reste en tête une fois que l'on a vu cet opening, c'est sa vacuité.
Autant certains openings, tels que Butterfly Core ou Revive, regorgent de petits détails et sont assez complexes graphiquement, autant cet opening 44 est d'un vide absolu. Les décors sont pauvres, les backgrounds-photoshop ne sont pas terribles, il ne se passe rien de bien intéressant, en bref, cet opening est un trou noir sidéral. Il suffit de comparer la longueur de notre description de cet opening à la longueur de la description des openings précédents pour le remarquer : l'opening reste desespérément vide, et ce n'est que la scène de Conan en face du soleil qui réussit à donner une poésie à la vidéo devant nos yeux.

Nous assistons au retour de l'Arbre, au retour de la « course effrenée sans raison valable » sur une plaine verte et, elle aussi, très vide, et au retour des openings de style « WTF » : Gin et Vodka ne sont représentés que sous des formes démoniaques désincarnées, et on peine à comprendre le lien avec l'actualité de l'animé. Le seul mérite des graphismes de cet opening est de rappeler, pour les scènes où le ciel devient obscur teinté de violet, le code-couleur de l'opening Q&A.

On peut pardonner des erreurs graphiques si des éléments de qualité viennent les faire oublier, mais comment faire lorsque l'opening se résume à un seul vide et un enchaînement de clichés ? « Ikusen no Meikyû de Ikusen no Nazo wo Toite » ne réussit pas, et de loin, à être meilleur que l'opening 43. Ni même que l'opening 41, « Nazo », ou le légendaire « Butterfly Core ». 10/20.


Il est maintenant le temps des KP AWARDS, chers Conan-patriotes !
A chaque fin de critique d'opening, nous vous posons la question suivante : selon-vous, COMBIEN D'EPISODES RESTERA CET OPENING (l'opening 44) ?
Publiez le nombre d'épisodes que vous estimez en commentaire pour gagner la prochaine Médaille d'Or, d'Argent, ou du Cornichon Sauteur ! Les épisodes remasterisés ne sont pas pris en compte, et seuls les commentaires à la fin de cet article sont pris en compte. 

LES GAGNANTS DU CONCOURS POUR L'OPENING 43, qui est resté au final 28 épisodes :

La médaille d'or revient à Ennael, avec 27 épisodes !
La médaille d'argent revient à Rum, avec 30 épisodes !
Et la médaille du Cornichon sauteur revient à Mystery, qui avait prévu 11 épisodes ! ;D