Article 104 : Pause d'Aoyama, quelles conséquences pour la série ?

Bonjour à tous et à toutes, Conan-patriotes.
Au moment où nous écrivons ceci, le Shônen Sunday a assuré qu’il n’y aurait plus de chapitre de Conan jusqu’au 29 novembre, et Aoyama a dit via les messages Animal Crossing ne pas vouloir révéler la raison de cette pause.
Cela fait donc une pause d’un mois et demi dans la série. Nous écrivons cet article afin de répondre à toutes les questions qui nous ont été posées sur le sujet. Quelles conséquences pour le manga ? Quelles conséquences pour l’animé et les films ?

Tout d’abord, nous devons préciser que bien qu’Aoyama cesse momentanément de sortir les chapitres de la série, l’animé n’est pas directement affecté : Aoyama n'est pas, contrairement à une vieille croyance tenace, le dessinateur/animateur de l’animé. Non-seulement c’est toute une armée d’entre eux qui dessinent et animent la série, mais en plus, Aoyama ne s’est jamais lancé dans l’animation.
              La conséquence claire et directe de cette pause est pour le manga. Aoyama ne dessinant pas de chapitres depuis début octobre, c’est quatre chapitres qui auraient pu sortir pendant ce temps qui n’ont pas été dessinés (en prenant en compte les pauses de l’auteur) soit plus d’une affaire. Cela retarde la sortie du prochain tome de Conan, et créée un manque à gagner pour les éditeurs, la série phare du Shônen Sunday n’étant pas sérialisée pendant six numéros.
              Ceci dit, il est possible que ce manque à gagner provoque un effet que l’on jugera généralement positif : les éditeurs devant combler le trou économique que cette pause représente, ils vont avoir tendance à demander à Aoyama de chambouler ses plans pour aller droit au but, ne pas traîner dans l’intrigue et lui donner un petit coup d’accélérateur. Zapper une affaire « inutile » à la trame pour passer à une (ou des) affaire soit qui va toucher de très près à la trame, soit qui aura tendance à hyper le public. Etant donné que le nombre d’affaires sans rapport avec la trame principale a grandement chuté depuis le début de l’Arc de Rum, nous avons déjà expliqué précédemment que c’est l’objectif des éditeurs de dynamiser l’intrigue : il ne serait pas étonnant que cette pause profite donc à la trame, même si cela pourra être presque imperceptible pour nous en tant que lecteurs.

              L’animé, quant à lui, est globalement indépendant d’Aoyama. Il est produit par une équipe séparée, et l’auteur ne s’en mêle pas – tout au plus il envoie des petits messages aux scénaristes des fillers quand ils écrivent des bons scénarios ou trouvent des stratagèmes de meurtre. L’animé continue donc à sortir ses épisodes au rythme d’un par semaine, épisodes remasterisés mis à part, donc.
              Mais nous avons bien dit « globalement » indépendant. Si l’animé n’est pas fait par Aoyama, il se base sur les affaires d’Aoyama, les adaptant en épisodes. Sachant qu’il faut un chapitre et demi pour faire un épisode, et donc trois chapitres pour faire deux épisodes, cette pause d’Aoyama va conduire à un petit rapprochement entre l’animé et le manga, ce qui a tendance à pousser les producteurs de l’animé à multiplier les fillers pour éviter ce rapprochement entre l’animé et le manga.
Cependant, contrairement à la dernière pause d’Aoyama où l’animé était à très peu d’affaires d’écart du manga, la situation est différente en 2017 : grâce à une (douloureuse) multiplication des fillers depuis 2013, où les fillers sont entre le tiers et la moitié des épisodes annuels, l’animé a en ce moment-même 11 affaires d’écart avec le manga, soit 22 épisodes ; la moitié des épisodes d’une année. On peut donc s’attendre à quatre ou cinq fillers de plus que d’habitude, mais pas à une avalanche telle qu’en 2016 (23 fillers).

              Mais la grande question que l’on nous a posée fut : quel impact sur le film 22 ?
Et pour répondre tout simplement : aucun.
Certes, Aoyama est un peu impliqué dans la production des films, et il a tendance à l’être plus lorsque le film touche à des éléments de la trame. Mais la scénarisation du film 22, qui sortira en avril rappelons-nous, n’implique Aoyama que de deux façons : 1) Qu’il lise le script et fasse des ajouts/des suppressions si des scènes où des répliques ne lui plaisent pas ; 2) Qu’il réponde aux questions du scénariste si celui-ci a besoin d’éléments de la trame pour écrire son script. Dans les deux cas, Aoyama est dans les conditions de le faire, que ce soit depuis son studio ou depuis l’hôpital dans le cas où il est encore hospitalisé.
              Là où il pourrait y avoir une conséquence, ceci dit, est sur les chapitres qu’Aoyama va dessiner. En effet, Aoyama dessine chaque année en avril une affaire qui établit un lien avec le film annuel, que ce soit une affaire avec Heiji et Kazuha pour promouvoir le film 21, qu’une affaire avec Kaitô Kid pour le film 19, que Scarlet Showdown pour le film 18. Etant donné qu’Aoyama est amputé d’une affaire et d’un chapitre en cette fin d’année, il est probable qu’il doive pallier cela en supprimant une affaire qu’il avait en tête, en remettant quelques affaires à plus tard en les modifiant un peu, dans le but d’accélérer la trame pour qu’une affaire sur Bourbon sorte en avril de cette année.

Quoiqu’il se passe dans la série, nous souhaitons encore à Aoyama le meilleur rétablissement, et un bon repos très mérité. 
N'hésitez pas à visiter notre page Facebook afin de suivre les actualités concernant l'auteur et la reprise de la série.