Article 105 : Critique de l'opening 46, "Everything OK!"

​Bonjour à tous et à toutes, Conan-patriotes !
Afin de marquer la nouvelle année, le premier épisode de janvier, sorti hier, a inauguré un nouvel opening. Il est donc temps pour nous, comme à chaque fois, de le critiquer.

Comme toujours, d’abord nous décrirons, puis nous critiquerons. Il est conseillé de regarder l'opening avant de lire la critique, en cliquant ici.


L’opening commence véritablement après la présentation de l’épisode du jour, qui s'insère bien dans le début de l'opening. On voit ensuite Shinichi et Ran, petits, devant la mer. Il fait nuit, et on voit de dos Shinichi prendre la main de Ran.

Après l’apparition du logo, on change de scène avec une transition de Conan sur son skateboard. On passe alors à un découpage visuel de l’écran, où l’on voit Shinichi et Ran à gauche et à droite en train de se chamailler.

Sur le plan suivant, pris d’un peu plus loin, on devine que Shinichi et Ran sont dans la cour de Teitan, dans sa partie est. Ran s’en va et laisse Shinichi seul.
On le retrouve dans la cour de l'école en train de tirer dans des ballons. 
Fatigué, il s’arrête.

On passe à Ran, qui est seule dans sa salle de classe, et qui semble abattue de la confrontation avec Shinichi.


Ran pensant à ses partiels

On passe à une scène de paysage, où l’on voit Ran marcher dans une petite ruelle de Tôkyô. Elle reçoit un SMS de Shinichi ; et Shinichi en reçoit un d’elle pendant qu’il est en train de marcher à côté du fleuve, gratte-ciels en arrière-plan.

Image suivante, on passe à Conan sur son skateboard dans la ville ; puis juste après, Shinichi et Ran petits qui courent ensemble, puis Shinichi et Ran adultes qui courent à des endroits différents.

Une scène où le soleil se couche pendant que Shinichi et Ran courent l’un vers l’autre sur un des ponts de Tôkyô, et sur le plan suivant, le soleil s’étant couché, ils sont devant le lac, tout comme dans la scène qui commençait l’opening, mais avec dix ans de plus cette fois.
Ran ayant froid à ses mains, Shinichi prend sa main et la met dans sa poche pour la réchauffer.

On passe à un plan qui montre Conan en train de sourire en lisant un SMS de Ran : « Allons voir la mer ensemble ». Et sur cela, l’ending se finit.

Que pouvons-nous dire sur cette opening ?

              Tout d’abord, parlons graphismes.
Ce qui saute aux yeux dans cet opening, c’est l’utilisation qui est faite des couleurs. Une réelle attention semble leur avoir été apportée, car c’est quasiment un sans-faute : exit les couleurs plastiques flashies et fluos de certains openings ; nous avons là une palette bien gérée et qui rend très bien.


Les couleurs sont très agréables à la vue, et l'opening se permet même des effets de lumière


Les arrières-plans sont aussi beaux. Certains diront que l’utilisation de la mer est un prétexte pour ne pas avoir à dessiner des véritables décors diversifiés. Ils auront raison. Cependant, le tout est assez bien géré pour que ça ne choque pas à l’œil. La seule exception est l’apogée de l’opening où Shinichi prend la main de Ran : soudainement, l’arrière-plan est comme zoomé. Un choix artistique discutable mais qui, dans un sens, pourrait refléter métaphoriquement le ressenti de Ran au moment où Shinichi prend sa main. Acceptons cela comme excuse.
En parlant de Shinichi et Ran, ceux-ci sont les protagonistes de l’opening, et ils sont bien dessinés. Le choix de souvent les montrer de loin, ou en contre-jour (lorsqu’on ne voit que la silhouette des deux personnages se rapprocher devant la mer vers la fin), peut paraître être un choix flemmard. C’est bien possible. Mais comme nous l’avons dit par le passé, les producteurs sont obligés de ruser et utiliser des stratagèmes pour pallier leur budget de plus en plus bas, et les deadlines de plus en plus proches.
Ceux qui nous suivent le savent : nous détestons les modèles 3D foireux. Comme l’animation coûte cher, il arrive que les producteurs de la série décident de mettre des modèles 3D dans l’animé afin de diminuer le budget. Dans le film 16 par exemple, les ballons de foot rendaient parfois extrêmement mal à cause de cette 3D extrêmement cheap. Des openings de la série les ont bien trop utilisés, ce qui leur avait coûté fort cher lors de leur critique.
Ici, peu de modèles 3D ; de l’animation classique tout du long, rien qui sort du lot en mal, c’est traditionnel et appréciable.

Là où nos critiques vont se concentrer, cependant,  c’est sur la trame de l’opening, son scénario.
L’opening des animés a une importance capitale et mérite du soin (et mobilise très souvent une équipe entière pendant un bout de temps – une pensée pour les animateurs qui ont passé leurs vacances de Noël à animer les bottines de Ran), pour la simple et bonne raison qu’il est la « devanture » d’une série. A lui seul, il peut inciter certaines personnes qui ne comptaient pas particulièrement regarder l’épisode à ne pas zapper et à la visionner.
C’est pour cette raison que l’opening doit présenter la série. En peu de temps, on doit comprendre qui sont les personnages principaux, en quoi vont consister les épisodes, et l’atmosphère de la série.


Malgré sa beauté, l'opening ne présente que deux personnages de la série

Le problème premier de cet opening est qu’il tombe dans le terrible écueil de certains des openings précédents à être complètement hors sujet. Cela fait bien longtemps que la série n’a plus comme thème central Shinichi et Ran ; la dynamique scénaristique de la série a plutôt été, ces dernières années, d’excentrer Ran du noyau dramatique. On pourrait argumenter que c’est pour préparer l’affaire de Kyôto ; seulement, celle-ci sera diffusée dans à peu près un an, et l’opening aura changé d’ici-là.
En plus de centrer sur Shinichi et Ran, l’opening ne présente pas les autres personnages. Au lieu d’appuyer sur Rumi, qui apparaît dans deux semaines dans l’animé, ou même de faire un opening classique qui présente les personnages principaux des fillers (Conan – les DB – Kogorô – Ran – les policiers – Haibara…), l’opening ne se centre que sur un arc narratif qui prend moins de 20% des affaires des dernières années.

C’est bien dommage et décevant, lorsque l’on connaît la richesse du casting de la série et qu’on sait les personnages qui vont bientôt apparaître dans l’animé (Kaitô Kid cette semaine, Rumi après, puis Wakita, puis Eri).
Malgré cela, on peut tout de même apprécier le travail de symétrie qui a été fait entre le début de l’opening et la fin, Shinichi et Ran petits et Shinichi et Ran jeunes, entre le passé (Shinichi jeune et Shinichi adolescent) et le présent (Conan). C’est le genre de métaphore que l’on aime bien voir dans un opening et qui l’enrichit.

Pour un opening visuellement beau mais hors-sujet par rapport à la trame, qui peut faire fangirler mais d’une manière artificielle, nous donnons à cet opening un 10/20. Etant donné toutes les super affaires qui vont bientôt être adaptées dans l’animé, faire un opening aussi hors-sujet est criminel.
​Et vous, qu'avez-vous pensé de l'opening ? Dites-nous tout ! :D


Il est maintenant le temps des KP AWARDS, chers Conan-patriotes !
A chaque fin de critique d'opening, nous vous posons la question suivante : selon-vous, COMBIEN D'EPISODES RESTERA CET OPENING (l'opening 46) ?
Publiez le nombre d'épisodes que vous estimez en commentaire pour gagner la prochaine Médaille d'Or ou d'Argent. Celui ou celle qui aura été le plus loin du compte gagne celle du Cornichon Sauteur ! Les épisodes remasterisés ne sont pas pris en compte, et seuls les commentaires à la fin de cet article sont pris en compte.

LES GAGNANTS DU CONCOURS POUR L'OPENING 45, qui est resté au final 18 épisodes, sont :

La médaille d'or revient à Lilou, avec 18 épisodes pile poil. Bravo à toi !
La médaille d'argent revient à Megureu, avec 17 épisodes !
Nous remettons exceptionnellement la médaille du Cornichon sauteur à deux commentatrices qui ont battu tous les records : bravo à Camellia et Thalia, qui avaient prévu 1 et 100 épisodes. ;D