Article 78 : MK1412, critique finale

S'il y a bien une nouvelle qui a plu à *presque * tout le monde lors de son annonce, c'est celle d'une nouvelle série basée sur Kaito Kid : MK1412.
Il se retrouve que, pour des raisons inexplicables par la science moderne, Kaito Kid, personnage provenant d'un autre manga, a réussi, depuis sa première apparition, à se hisser dans les premières places des concours de popularité des personnages, pour arriver triomphalement dans le top 5 des personnages de Conan les plus populaires. Plus populaire qu'Ayumi quoi. Incroyable.
 Et qui dit personnage populaire dit aussi ''série dédiée'', et c'était donc avec un plaisir certain que beaucoup d'entre nous ont appris la nouvelle.
Mais une fois le hype passé, on en vient à ce que les fans ont réellement pensé de la série une fois celle-ci avancée. La série a-t-elle su conquérir les fans du personnages ? A-t-elle réussi à intéresser les anti-Kid ?

Ce que nous présenterons dans cet article est notre avis personnel, réfléchi depuis le premier épisode, et qui prend en compte toute la série. Nous nous efforcerons de faire la liste des qualités et des défauts de la série pour aboutir à une conclusion, ainsi qu'une note d'ensemble.


Mais avant de sauter dans le vif du sujet, il faut déjà préciser que cette série sera critiquée en tant que MK1412, mais aussi en tant que ''MK1412, série qui fait suite aux épisodes de la série Magic Kaito Specials''. Et tout de suite, n'allons pas par quatre chemins qui tournent autour du pot, ça va faire plus mal.
Mais n'allons pas trop vite en besogne en comparant cette série à son prédécesseur, il nous faut déjà la critiquer en tant que telle, sur ses qualités et ses défauts. C'est par les graphismes de la série que nous allons commencer.

La série n'est pas moche en soi. Certes, la palette graphique est parfois légèrement trop flashie ou hors-sujet par rapport à l'univers de la série, mais ça se laisse regarder... tout en ne faisant certainement pas l'unanimité chez les fans.
 Deux gros défauts ressortent, ainsi qu'un autre sous-jacent. Notre problème majeur avec ces graphismes est que les dessins sont totalement HS par rapport à la série. Même si c'est Magic Kaito, on reste dans un animé qui est dans la même veine que Détective Conan ; pourquoi la production a-t-elle choisi de si mauvais dessinateurs ? Les nez des personnages sont parfois bien trop longs, l'animation est fade est n'a que très peu d'intérêt, bref, c'est bien dommage sur ce plan-là.


Magic Pinocchio, bonjour.

Ensuite, une grande question technique restée en flottement jusqu'à la toute fin de la série... où sont les traits noirs ?
Depuis leur toute première apparition dans l'épisode 699 (→ juin 2013 quand-même), ces traits noirs ont fait l'unanimité chez les fans, à quelques cas près, et ont donné un beau look style "manga" aux scènes qui les utilisaient. Même si on se dit que les animateurs n'en ont rien à faire (ce qui est la vérité, ils ne doivent probablement jamais avoir de retours de fans), les scènes avec des traits noirs sont plus aciles à animer que les scènes qui n'en comportent pas. Alors POURKWA les dessinateurs n'en ont-ils pas mis dans la série jusqu'à l'épisode 19, où un trait noir de 3 micromètres est apparu ?

C'est sans mentionner évidemment cette magnifique 3D que l'on se tape durant les 24 épisodes qui composent cette première saison. A trop vouloir faire d'effets 3D, les producteurs sont tombés dans ce que j'appelle le ''syndrome du film 17'', c'est-à-dire une décision de la production de foutre de la 3D partout pour faire #swag, mais comme ils n'ont pas assez d'argent pour se payer les graphistes de chez Disney, ils se rabattent sur des studios de création 3D pourris. Ce qui en ressort, c'est des scènes en 3D moches. Pire encore, des scènes mélangent animation 2D (plutôt belle), et objets 3D incrustés SUR les personnages (par exemple, une reine qui porte un bijou au doigt ; la reine est en animation 2D, le bijou en 3D). Ca rend soit bien (→ supeeer~!), soit extrêmement mal (→ ... :| ).
Choix esthétique donc très discutable.

Ce qui renforce ce léger dégoût graphique que nous avons pu avoir tout du long de la série, c'est que l'épisode de Conan qui sortait le jour-même était de meilleure facture que les épisodes de MK1412-- alors que lesdits épisodes de MK1412 ont mis plus de temps à être créés, étant donné que MK1412 a pu être animé et dessiné en amont plusieurs mois avant la diffusion. Alors que DC est animé quasiment au jour le jour. C'est légèrement paradoxal, et MK1412 peut en avoir honte.
 Et le problème sous-jacent évoqué plus tôt renforce ces critiques graphiques. C'est un problème pour certain, et une bénédiction pour d'autres. C'est ce qui a collaboré au succès de la série au Japon, alors que MK était inconnu du grand public. Une idée ?

Si vous avez répondu dans votre tête ''la shonenisation'', bravo à vous.
Ce que l'on appelle ''shonenisation'', c'est le fait de prendre quelque chose qui n'est pas du domaine du shonen (exemple : Tintin), et de le refaire à la sauce shonen (exemple : Magic Tintin : Le Kame Hame Ha de Tournesol-sensei). Dans un manga sorti récemment, le communisme a été shonenisé par exemple, car on suit l'aventure d'un communiste Russe qui cherche à devenir plus fort.
 Loin de nous l'idée que Magic Kaito (le manga d'origine) n'est pas un shonen, mais il n'est plus un shonen tel qu'on le conçoit aujourd'hui, avec les standards de notre époque.
TMS, la société de production qui a fait les Magic Kaito Specials (les 12 épisodes sortis ces dernières années de façon sporadique) a estimé, de façon très intelligente d'ailleurs, que Magic Kaito avait certes vieilli par ses dessins, mais que l'histoire et les personnages étaient restés intacts, et plairaient au public.

Ce que ça a donné, c'est une première série Magic Kaito, de 12 épisodes certes, mais qui était fidèle à l'original, dans le même esprit de graphismes.

A1-Pictures, eux par contre, ont joué la carte du ''touchons le plus grand nombre'' (et qui n'a pas mieux réussi que la stratégie de TMS). Pour cela, ils ont remanié les personnages (il suffit de voir le look vestimentaire de Kaito, qui a complètement changé), légèrement remanié les intrigues, pour faire quelque chose à l'ordre du jour, et qui soit plus dans l'idée du shonen. Ça plaira à certains, mais moins à d'autres (le tournant pour Hakuba est certes intéressant, mais l'ambiguité sexuelle de la relation entre Nakamouri et Kaito Kid n'a pas grand chose à faire là... ? :|). De notre côté, cette shonenisation a eu des effets positifs tout comme des effets négatifs. Malheureusement, plus de négatifs. Et un des aspects les plus négatifs reste tout de même la musique...


… oh b*rdel, quelle magnifique transition ! :o
 Parce que oui, la musique a été un des grands sujets de discussion lorsque MK1412 a été lancé, que ce soit au Japon ou en France. La musique a été réalisée par Taku Iwasaki, un compositeur musical connu pour ses musiques de qualité, et qui a participé à de nombreux animés.
Et la dernière fois que l'on avait entendu ''musiques de qualité'', dans le monde de Conan, c'était quelques temps avant la sortie du film 18, où il avait été révélé qu'un effort spécial avait été fait sur la musique, pour sortir un disque de 95 thèmes et quelques. Oui, les 95 thèmes n'étaient en fait que 30 thèmes longs et 65 thèmes de trente secondes, mais ils avaient tous le mérite d'être de bonne facture.

Iwasaki, aussi bon puisse-t-il être, n'a pas réussi, à nos goûts, à relever le défi.

Les musiques correspondent certes à cet univers de Magic Kaito 1412, mais sont bien en deçà de ce que l'on a pu entendre dans les Magic Kaito Specials, où la musique (le thème de Kaito Kid... le xylophone... *-*) était un pur bonheur auditif.
Peut-être encore une tentative de shonenisation, la musique est là bien plus ''moderne'', donc exit les instruments à cuivre et à vent qui ont fait connaître la musique de DC au Japon. Elle aurait pu être plus appréciée si cette série d'épisodes de Magic Kaito n'étaient pas déjà sortis il y a de cela quelques années, c'est bien dommage. Mais en temps que telle, la musique arrive à accompagner fluidement l'histoire--

-- et encore une magnifique transition toute trouvée. Mais quel pot aujourd'hui. =o

Parce que oui, une musique, c'est bien, mais l'histoire que la musique accompagne, c'est encore plus intéressant. Et cependant, niveau scénario... je n'aurai pas grand chose à redire.
 Eh oui, aussi foireux que soient les graphismes, et aussi non-adaptée que soit la musique, niveau scénario, la série s'en tire vraiment pas mal. Non seulement elle introduit bien la série dès les deux premiers épisodes, mais elle réussit à adapter tous les chapitres les plus intéressants de la série.
Les scénaristes ne se contentent pas seulement d'adapter les chapitres, mais innovent aussi en mettant de leurs propres idées. On peut citer par exemple la plus intéressante, celle du tourne-disque de Toichi (→ présent dans le manga original), mais qui donne des leçons de vie à Kaito à chaque fois (→ innovation). Ou encore, le fait que la maison de Kaito et celle d'Aoko soient voisines.

Mais là où ça devient tout de suite moins beau, c'est lorsque l'on remarque ce que ces deux éléments, pourtant bons voire très bons, sont devenus au fur et à mesure des épisodes.
Le voisinage d'Aoko et Kaito n'a été utilisé qu'au final deux fois, et ça ne va jamais plus loin que ''Aoko crie par la fenêtre pour que Kaito vienne manger le petit-déjeuner chez elle''. Pourquoi ne pas avoir poussé le concept plus loin ? Pourquoi ne pas nous avoir fait visiter la maison de Kaito plus en détail ? Voilà des choses que les scénaristes pourraient exploiter pour une saison 2, mais n'ont pas réussi à exploiter lors de la saison 1.

Ensuite, les leçons de Toichi.
Lors du premier épisode, on peut les voir clairement, il y a environ 24 disques. 24 disques, une leçon par disque, bref, tout le monde pensait qu'il y aurait une leçon par épisode. Et le concept, s'il avait été bien mené, aurait pu être intéressant. Seulement, le concept est vite abandonné, et on ne sait au final pas ce qu'auraient pu contenir les disques suivants. C'est bien dommage, car le thème de ''un épisode = une leçon'' insufflait à la série quelque chose que le manga originel n'exploitait pas assez, c'est-à-dire le thème du roman initiatique.

Ladiiiies and gentlemen... A partir de l'épisode 6... JE DISPARAIS JUSQU'A L'EPISODE 23 8D

Et pour finir (pas de chance, aucune transition :( ), quelque chose qui a bien manqué lors de notre premier visionnage des épisodes qui avaient déjà été adaptés en animé... le storyboard.
Nous n'allons pas nous étendre sur les étapes de la création d'un épisode (dossier en cours de préparation~), mais il faut savoir que, une fois le scénario décidé dans ses grandes lignes et écrit par le scénariste, il y a un storyboardeur qui prend des feuilles de storyboard, et dessine ce qu'il se passe à l'écran. Chaque épisode est constitué donc de dizaines de feuilles, sur lesquelles on peut trouver les dialogues, annotations des animateurs, et surtout, la dynamique finale de l'épisode.

C'est à cette étape qu'il est décidé (ou laissé au hasard) quelle sera la dynamique de l'épisode, et à quel moment. Si une scène est rapide, si une scène est courte, si une scène doit péter aux yeux, etc..

Et lorsque l'on regarde l'épisode 1 de MK1412, pour ne citer que lui, une chose principale nous est venue aux yeux, en la comparant à l'épisode 1 de MK Specials : l'épisode n'est pas du tout dynamique, et est très mal rythmé.
Même si c'est difficile à expliquer (il faut juste regarder les 10 dernières minutes de l'épisode 1), on peut résumer ça à la vitesse de la scène de l'épisode 1 où Kaito confronte Jii sur le toit.

Alors que dans la version MK Specials, la scène est dynamique avec des plans de caméras rapides qui nous mettent dans une ambiance de combat, la version de MK1412 fait les choses bien plus lentement, avec une musique qui ne correspond pas du tout à une scène de ce type (qui est quand-même censé être la première confrontation de la série). Cette erreur est reproduite plusieurs fois, et est principalement visible sur les épisodes storyboardés par Susumu Kudo, qui a par ailleurs scénarisé les deux premiers épisodes de la série. C'est bien dommage.

Mais en dehors de ça, une des critiques majeures adressées à cette série a été ''Elle a les mêmes histoires que la première série Magic Kaito''. Mais nous n'allons pas la prendre en compte dans la note finale de la série, pour la simple raison que c'était à prévoir.
 Effectivement, la première série comptait 12 épisodes. Elle avait couvert, au final, la moitié du manga. C'était donc normal qu'à peu près la moitié de la série ait déjà été vue, et même les épisodes qui ont déjà été adaptés comportement parfois des éléements nouveaux... juste pas assez d'éléments nouveaux pour que MK1412 soit supérieur à MK Specials.

Pour conclure, il n'y a pas de mot qui, en soi, peut qualifier la série. De notre point de vue, elle se situe quelque part entre ''légère déception'' et ''potentiel gâché'', tout en restant une série plutôt agréable à regarder, bien qu'en ayant pris des chemins bien différents du manga. Une saison 1 suffisante pour lancer une série qui pourrait devenir culte. 

Note finale : 7/10.
Note des MK Specials, pour rappel : 8.5/10.