Article 86 : Les vacances dans Conan

Aujourd'hui, nous sommes le 15 juillet. Et comme tous les 15 juillet depuis bien longtemps, un grand nombre d'entre nous sont en vacances.. et les Japonais aussi, sont en vacances.
 Comme nous l'avions déjà dit à l'occasion de plusieurs précédents articles, le manga Détective Conan n'est pas un simple shônen, pour les Japonais, c'est une série qui les accompagne dans leur quotidien. Lorsque Death Note est devenu populaire au Japon, Aoyama y a glissé des références dans la série. Lorsque c'est la Saint Valentin, Aoyama, s'il le peut, créé une affaire basée sur ladite fête, ou le chocolat. Et lorsque c'est les vacances, l'auteur fait une affaire qui sent bon les vacances.

Si vous ne l'aviez pas remarqué, les chapitres qui contiennent de la neige ne sortent généralement qu'entre décembre et février, et non pas en été. Il est donc normal que, chaque année, nous ayons droit à une ou deux affaires qui sont publiées durant les vacances avec les vacances comme thème (été, Noël, Golden Week, jours fériés, etc.).

Et aujourd'hui, nous allons lister et décortiquer plusieurs affaires qui se passent durant des vacances dans Détective Conan, peser leurs bons et mauvais points, pour aboutir à une note finale pour chacune. Nous prendrons en compte que chaque affaire qui se déroule sur deux jours ou plus se passent durant des vacances, excepté lorsque Conan se retrouve dans l'impossibilité de rentrer chez lui pour le jours suivant, étant donné que Conan a cours tous les jours du lundi au samedi. Nous compterons aussi les jours fériés comme vacances, dans le cas où Conan et les autres personnages font une activité en dehors de Beika ou différente de leurs activités habituelles les jours ouvrables.

Même si l'on peut citer plusieurs affaires avant celle-là, une des premières affaires qui aura vraiment marqué pour se passer durant des vacances est l'affaire de meurtre du Night Baron.
 Se déroulant des épisodes 68 à 70 (ou files 72 à 77), cette affaire est une des plus emblématiques de la série pour ceux d'entre nous qui regardaient Conan sur France 3 en français : un ami du professeur Agasa qui avait gagné des tickets pour un voyage à la plage d'Izu pendant les vacances ne peut pas y aller parce que sa petite-fille est malade. Agasa donne les tickets à Conan, Kogorô et Ran, qui se rendent à Izu la semaine suivante, durant les vacances d'été. Dans le grand hôtel où ils restent, ils se rendent compte que les tickets ne sont payés qu'à moitié : le professeur les a inscrits à un ''Mystery Tour'', où il devra deviner qui est le Night Baron, fin que l'autre moitié du prix des tickets soient offerts.

Contrairement à certains autres épisodes, si l'affaire est restée dans les mémoires, c'est parce qu'elle le vaut entièrement : les cellules grises d'Aoyama battaient son plein, et il nous offre là une des meilleures affaires du manga. Le cadre de l'histoire est intéressant (les personnages principaux dans un hôtel), au même titre que les différents agissements du Night Baron, et cela fait extrêmement plaisir d'avoir autant de diversité. En une seule affaire, nous avons droit à de la romance, des scènes d'actions et des personnages réellement en danger, une résolution de meurtre parfaite, et une ambiance générale typique des premiers épisodes de la série.
Dans cette affaire, Gôshô ne fait pas que mettre les personnages dans un cadre idéal pour des meurtres (un grand hôtel cinq étoiles sur le littoral japonais), il nous fait aussi comprendre qu'il maîtrise totalement son élément en justifiant le fait que l'affaire ne puisse se passer que durant les vacances, et pas à un autre moment... alors qu'il aurait plutôt tendance à, de nos jours, simplement mettre ses personnages dans un hôtel, sans justifier quoi que ce soit.
 Affaire à voir absolument pour tout fan de Conan qui se respecte. 9/10.



Et l'affaire suivante n'est pas des moindres : ''Le Huis-Clos dans le Ciel : La Première Affaire de Shinichi Kudô'', épisode 162 (files 204 à 207), est un des épisodes les plus connus de la série. Même si l'épisode a été doublé en français, il n'a jamais été diffusé à la télévision... et c'est bien dommage.
 Alors que Conan, Ran et les Détective Boys partent en vacances en avion, Ran raconte comment Shinichi, au collège, avait résolu sa première affaire à bord d'un avion. Un avion et un départ en voyage, nous sommes biens dans une affaire qui sent les vacances.

L'affaire en question a presque tout pour plaire : un meurtre dans un lieu clos (un avion), qui plus est en mouvement, beaucoup de suspects différents qui ont à peu près tous une raison pour tuer la victime, un revirement de situation sur l'identité du coupable, et un peu de romance. L'affaire a été considérée assez bonne pour être adaptée en drama (le drama 4, ''L'Affaire du Shinsengumi de Kyôto''), et même en roman (le livre sur lequel le drama 4 est basé).

Ce qui fait la force de l'affaire, c'est que le fait qu'elle se passe dans un avion est utilisé à bon escient : alors que certaines affaires se passent dans un lieu que le meurtre ne justifie pas réellement (pourquoi avoir fait tel meurtre dans un appartement, et non pas dans un endroit différent ou plus exotique?), dans cette affaire-là, le décor est très bien utilisé. Gôshô prend parti du fait que l'affaire soit dans un lieu très clos pour créer son stratagème de meurtre, tout est réglé sur du papier millimétré. Le rendu est intéressant, prenant et reste dans la mémoire de chaque fan qui regarde l'épisode... du cule. Et du très bon. 8,75/10.


Et après prendre l'avion, il faut bien atterrir. « L'Affaire de Shinichi Kudô à New York » est une affaire s'inscrivant entièrement dans la logique des vacances de Conan/Shinichi : Ran est fièvreuse depuis l'affaire précédente, et fait une sorte de malaisie, où elle se souvient de ses vacances à New York passées avec Shinichi, lorsqu'eux deux, encore collégiens, avaient été invités par Yukiko à New York pour assister à une pièce à Broadway.
 Malheureusement, c'est l'affaire de vacances la moins connue de tout cette liste, à cause d'un défaut majeur : l'enquête.

Même si elle est appréciable, elle est aussi pompée sur des affaires déjà-vu. Un meurtre en direct sur une estrade, nous l'avons vu et revu plusieurs fois dans la série. C'est peut-être le seul défaut de l'affaire d'ailleurs, étant donné que tout le reste vaut son pesant en cacahuètes dorées : les dessins, autant en manga qu'en animé, sont très beaux, l'OST est parfaite, la scène clé où Shinichi sauve la vie de Vermouth, est excellente, et on a même les droits à des bribes de trame principale ici et là. L'affaire fait aussi plaisir aux irréductibles fans de ShinRan, étant donné que l'affaire marque le début, chronologiquement parlant, de l'amour de Ran pour Shinichi.

Ce que l'on pourrait regretter, c'est le fait que la ville de New York en elle-même soit assez peu utilisée, (contrairement à une certaine autre affaire qui se déroule dans une autre grande ville...). Certes, on a droit à des petites scènes avec Yukiko qui conduit dans la Grosse Pomme, mais l'affaire en elle-même aurait pu se passer dans n'importe quel théâtre au Japon, ou même durant un Mystery Tour. Heureusement, le casting assez spécial (Shinichi et Ran collégiens, Yukiko et Vermouth) arrive à faire oublier ce petit détail, mais cela reste dommage... ! 8,5/10, à voir.


Mais ce qui manquait à l'affaire dans l'avion et à New York, dû au fait qu'elle se passait pour l'une dans un avion, et pour l'autre dans une salle confinée, c'était que les affaires étaient d'une petite proportion. Le stratagème de meurtre avait beau être bon, et le scénario bien maîtrisé, il manquait cette touche d'Aoyama qui rend une affaire de meurtre beaucoup plus épique : un terrain de jeu vaste.
 Et ce terrain de jeu vaste, on l'a retrouvé plusieurs années plus tard, lors de l'épisode 383. ''Miracle au parc Kôshien !'', adapté des files 445 à 449. L'épisode est une des plus grosses affaires du manga, et la deuxième ou troisième plus grosse affaire se déroulant durant les vacances de Conan : s'étalant sur cinq files, l'intrigue est menée de bout en bout de main de maître par Aoyama, au point où l'on aurait pu imaginer l'affaire adaptée en temps que film.

Le casting, c'est-à-dire un des seuls points faibles du ''Huis-Clos dans le Ciel'', est là élargi. On a non-seulement droit au casting habituel de Détective Conan, à savoir Conan, Ran et Kogorô, mais aussi aux personnages d'Ôsaka, Heiji, Kazuha et Ôtaki. Kazuha a beau n'avoir aucune utilité, le duo de détectives Conan/Heiji est toujours aussi agréable que d'habitude.
 Le plus intéressant dans l'affaire (adaptée en un épisode spécial d'une heure et demie) est, bien évidemment, son scénario. Bien que le concept d'un criminel dans la foule d'un stade a déjà été utilisé (épisode 130-131), l'auteur réussit ici à rendre l'histoire intéressante en rajoutant le facteur du temps, qui est compté : les deux détectives doivent se presser de résoudre les codes laissés par le coupable avant que celui-ci ne se suicide en faisant une attaque à la bombe dans le stade, tuant au passage des milliers de personnes.
 Même si le premier code est assez faible, plus l'épisode avance, plus tout se complexifie (le meurtrier qui rencontre incognito Heiji et Conan, le deuxième code, la menace imminente, le jeu sur le point de se terminer...), et on ressent le stress éprouvé par les personnages. Il suffit de rajouter à cela un petit flashback romantique entre Shinichi et Ran, de très bons dessins et des caméos de l'autre manga de Gôshô, « Third Base Fourth », et on a là un des meilleurs épisodes de vacances de Conan. 8,75/10.



Mais malgré la très haute qualité de l'affaire du Kôshien, on pouvait rester sur sa faim une fois l'affaire finie. Même si le petit morceau de romance était bien géré, et que l'affaire était très plaisante (le personnage d'Heiji était un vrai plus pour pimenter une affaire qui aurait été, sinon, très bonne, mais aussi très basique), il n'y avait pas toutes les qualités nécessaires pour avoir un score parfait. Aoyama s'était surpassé et on n'avait rarement vu aussi bon comme affaire où les personnages sont en vacances, mais ça n'arrivait pas au niveau du Baron Noir, par exemple.

En réponse à cela, nous avons eu le droit à l'Arc de Londres, un des mini-arcs les plus connus et aimés de la franchise. Celui-ci a couvert les épisodes 616 à 621, et les chapitres 743 à 752 de la série, et fait encore partie à ce jour des mini-arcs les plus médiatisés de la franchise.
 L'histoire débute simplement : Conan aide une riche britannique en vacances au Japon, et celle-ci lui offre de venir la rencontrer en Angleterre, à Londres, durant les vacances d'été. Conan, Ran, Kogorô et Agasa partent, et le mini-arc est lancé.

La force de ce mini-arc réside dans son décor. Gôshô utilise Londres de la meilleure façon qu'il soit, c'est-à-dire en créant un jeu de piste géante. Le coupable a laissé une énigme qui se base sur l'architecture de la capitale du Royaume-Uni, et c'est à Conan de tenter de résoudre l'affaire, tout en gérant ses problèmes personnels avec Ran, et tout ça sur fond de compétition sportive.
 Non-content de proposer une affaire qui s'inscrit très bien dans la géographie de la ville, l'auteur créée une affaire dans l'affaire : une fois le code déchiffré, il faut maintenant que Conan arrête le coupable dans le stade de tennis de Wimbledon, avant que la bombe, cachée dans un lieu inconnu, n'explose. Et le rendu final est... explosif.

L'Arc de Londres est, jusqu'à ce jour, le summum de la Major Case Détective Conan se passant durant les vacances. Tout est parfait, tant Gôshô a eu du temps pour tout imaginer. La confession de Shinichi à Ran, le plus grand moment de l'affaire (et probablement un des plus grands de la série), se déroule à merveille, et on prend du plaisir à découvrir ce qui arrivera la page suivante. On est dépaysés de bout en bout, tout est parfaitement rythmé, c'est parfait.
 Si vous ne l'avez pas vu, fermez cette fenêtre et allez le voir tout de suite. 9,75/10.

L'Arc de Londres n'est pas le dernier mini-arc de Conan se passant durant des vacances, ni même la dernière affaire se passant durant des vacances (la palme revenant à l'épisode 767, ''L'Amant perdu dans la tempête). Des nouvelles affaires vacancières sortent plusieurs fois par an, sans que toutes soient de très bonne qualité, et proposent à chaque fois un contenu différent, toujours avec notre petit détective favori.

Heureusement, Gôshô (et Kôchi et Miyashita pour les fillers) nous offrent tout un lot de très bonnes affaires, comme, par exemple, l'affaire à la piscine avec Masumi Sera. Et c'est sans compter toutes la cinquantaine d'autres affaires se passant durant des vacances que nous n'avons pas mentionnées ici, par soucis de longueur. Mais ne vous inquiétez pas, l'an prochain, on y reviendra...