Article 95 : Quelques uns des meilleurs épisodes avec Kogorô Môri

S'il y a bien un personnage qui sait allier classe et humour, tout en restant humain et intéressant, dans la série Détective Conan, c'est bien Kogorô Môri.

Kogorô, présent depuis le début de la série et faisant partie du « grand trio » originel (Conan, Ran et Kogorô), n'a eu, globalement, que peu d'occasions de briller. Mais certaines de ses affaires sont remarquables, par, par exemple, leur rythme, leur thème, leur scénario, leurs scènes clés ou leurs répliques. Nous avons donc sélectionné et commenté cinq épisodes ou films marquant durant lesquels Kogorô a le plus plu, du premier au dernier épisode de la série, et du premier au dernier film.


La Réunion de classe de Kogorô (Episodes 27/28)

S'il y a bien une affaire marquante à propos de Kogorô, c'est bien La Réuion de classe de Kogorô Môri, les épisodes 27 et 28.
 Ces deux épisodes sont marquants pour tout un nombre de raison. En plus d'offrir une des scènes les plus marquantes de la série entre Ran et Conan, l'affaire est ingénieuse, et met directement en scène Kogorô et son passé. Il ne s'agit pas seulement d'une affaire de meurtre aléatoire rencontrée dans la rue, mais bien d'une affaire au sein d'un groupe d'amis de Kogorô, dont l'un est en réalité un meurtrier. Cela débouche donc sur une enquête émouvante, où un détective inexpérimenté fait de son mieux pour résoudre une affaire qui lui tient à cœur : l'affaire est fondatrice, et il suffit de la voir une seule fois pour s'en souvenir. On remarquera aussi qu'elle est très connue pour être une des seules affaires mettant tout particulièrement Kogorô en avant qui a été diffusée à la télévision sur France 3 en France, raison de plus à la popularité de l'affaire.
 Les épisodes sont bien dessinés et animés, le meurtre est ingénieux, l'apogée de l'affaire est magnifique et modifie notre façon de voir Kogorô, en bref, une affaire à voir absolument. 9/10.



La Quatorzième cible (Film 2)

Si l'on vous parle d'un film Détective Conan dont Kogorô est l'épicentre, c'est bien le film 2, « La Quatorzième cible ».
 Cité comme un des meilleurs films Détective Conan, il allie enquête, action, humour et ambiance, et est rythmé comme peu de films Conan après lui. L'histoire part d'un mystère : comment Kogorô est-il passé de détective de police, à détective privé ? Au cours de l'enquête sur une série de meurtre soi-disant orchestrée par un criminel arrêté par Kogorô du temps où celui-ci était à la police métropolitaine de Tôkyô, Ran et Conan découvrent une sombre page du passé du détective. Il faut que Ran soit elle-même mise en danger comme Eri en son temps pour que Conan et Ran comprennent enfin les évènements qui se sont réellement déroulés, et qui ont causé le renvoi de Kogorô de la police... et, accessoirement, la séparation de Kogorô et Eri.
 Presque tout dans le film 2 est parfait, et peu d'éléments sont à changer. Les Detective Boys sont bien utilisés et ne sont pas ''gonflants'', l'ambiance est appréciable du début jusqu'à la fin, et typique des premiers épisodes de la série qui plus est, il y a de l'action, de l'humour et de l'amour, en bref, un film à voir absolument pour se prétendre fan de Détective Conan. Si vous ne l'avez jamais vu, fermez cette page immédiatement et allez voir ce film. 9,5/10.

Le Pire anniversaire (Episodes 589/590)

Mais en plus de devoir résoudre des affaires auprès de ses amis de jeunesse, le détective doit aussi enquêter avec sa femme, Eri Kisaki. Et la situation se complique encore plus lorsque son anniversaire approche, et que Ran fait en sorte qu'ils se retrouvent dans un hôtel de luxe, qui n'est, bien évidemment, pas exempt de son meurtre en chambre close.
 Bien qu'il soit souvent oublié, Le Pire anniversaire est un de ces épisodes que l'on aimerait voir décliné aux autres couples. L'affaire est sympathique et, sans être transcendante, a le mérite d'être bien mise en place (Kogorô et Eri ne se retrouvent pas juste au hasard dans un hôtel, c'est bien Ran, pour l'anniversaire d'Eri, qui arrange la rencontre entre ses deux parents), et de se laisser regarder. L'animation n'a rien d'exceptionnelle non plus, et l'on regrette qu'Aoyama ne se soit pas aventuré en « terrain dangereux » en faisant une affaire en extérieur, mais le côté romantique et émotionnel de l'affaire prend le dessus, et nous fait tout de même apprécier l'affaire. Qui plus est, au lieu de simplement faire en sorte que Conan endorme Kogorô et résolve l'affaire, c'est Kogorô lui-même qui rassemble tous les suspects et résout l'affaire devant eux... bien que Conan doive tout de même, de façon assez drôle et ingénieuse, lui donner un indice pour le mettre sur la piste.
 Une affaire très sympathique dont Kogorô et Eri sont la star, et qu'il faut voir au moins une fois pour sa culture Conan-esque. 8,75/10.



Stratégie en profondeur (Film 9)

Après l'incroyable film 8, dont le scénario et le rythme font encore verdir de jalousie Takeharu Sakurai, les attentes à propos du film 9 étaient encore plus grandes. Et cela n'a pas raté, tant le film 9 a été un échec sur tous les points... ou presque. L'élément le plus acclamé par la critique a été le rôle de Kogorô dans le film, qui se révèle à nouveau sous son jour de détective héroïque et débrouillard, qui peut très bien mener une enquête de son côté, sans trop avoir besoin de l'aide du petit détective.
 Le film 9, malgré son condensé d'inintéressantisme (néologisme Kudoprojectien), a fait le pari de mettre en avant le personnage de Kogorô, qui n'avait que rarement été mis en avant récemment. Pour dire, sa dernière intervention réellement intéressante datait du film 2, sorti sept ans auparavant. Mais le pari a été relevé et bel et bien réussi : Kogorô est attachant, utile, n'a rien d'embêtant, déduit l'identité du coupable avant tout le monde, et est rejeté de l'action avant de revenir en force, et de finir le film en beauté, sur une scène dramatique et émotionnelle qui réussit à faire aimer le personnage même à ses quelques détracteurs. Un film à voir, pour la place que Kogorô y tient. 8/10.

Le Chemin des sakura sur le fleuve Sumida en soirée (692/693)

Parce que le Kogorô n'est pas seulement un grand émotif, il est des fois où il faut s'impliquer dans des affaires d'importance capitale. Et c'est le cas de l'affaire portant le doux nom de « Le Chemin des sakura sur le fleuve Sumida en soirée » (excitant, n'est-ce pas?), et qui est aussi le seul épisode filler qui figurera dans cette liste d'affaires.
 Et quel filler ! S'il faut regarder un filler sorti entre les épisodes 500 et 700, et dont Kogorô est un des personnages principaux, c'est bien de celui-ci qu'il s'agit. Mêlant enquête, ambiance de film et action, les épisodes 692 et 693 sont des pièces maîtresses de ce que les scénaristes de fillers ont pu faire de mieux. Alors qu'on se rend de plus en plus compte que Kogorô n'est pas un personnage secondaire mais bien le deuxième personnage central de l'affaire, on en vient à remercier Kashiwabara d'avoir écrit le script. Kogorô est enfin mis en avant, ce qui était assez rare à l'époque de la sortie de ce filler, est utile et est drôle, en bref, une affaire à voir. 8,75/10.


A travers ces cinq apparitions, le personnage de Kogorô s'est dessiné sur plusieurs aspects d'une façon favorable, et a réussi à montrer quelle personne il était vraiment, sous son air de vieux détective désintéressé. Il contribue pleinement au charme de la série, en étant un personnage actif, drôle, mais qui réussit aussi à agir de façon héroïque de temps à autres. 
​Et vous, quelles sont vos affaires préférées ?