Chapitre 4 (Partie 1)

L'avion privé de Jirokichi, qui s'était envolé de l'aéroport JFK à New York, s'approchait du terminal de l'aéroport Haneda. L'avion avait été entièrement décoré de motifs de tournesols, et même la date de l'exposition des Tournesols était inscrite en grands caractères sur l'avion.
 Charlie se leva de sa place, et, en prenant sa tablette dans ses mains, s'avança vers Jirokichi.
« Voici le mannequin que nous avons attrapé. », dit-il.

Sur la tablette s'afficha une photographie d'un mannequin, étalé devant un building New Yorkais. Autrement dit, le deltaplane qui avait sauté du One World Trade Center n'était pas le vrai Kid, mais un mannequin habillé comme lui.

« Même la grande police de New York s'est faite avoir. »
Jirokichi rit à bouche ouverte.
« Vous en avez l'air satisfait. »
 Charlie haussa un sourcil à la réaction inattendue de Jirokichi. Sonoko, assise à côté du vieil homme, rit.

« Tonton se fait tout le temps attraper lui aussi, il est content que vous soyez sur le même bateau. »
Jirokichi lui jeta un regard furieux et serra la mâchoire.

« Mais sinon... Cela ne vous dérange vraiment pas ? »
Charlie remonta ses lunettes avec son doigt, et se retourna pour pouvoir avoir une vue sur les sièges de l'autre côté de la cabine. De l'autre côté de Sonoko et son oncle, sur la même rangée, était assis Shinichi, qui portait un casque et écoutait de la musique en lisant un magazine.

« Vous laissez ce jeune homme nous accompagner, alors que vous n'avez même pas accepté l'aide de la CIA... »
« Oh, c'est parce que ce détective représente le Japon. Il n'y a aucune inquiètude à se faire. »
« Mais, et s'il était Kid en déguisement... ? Leur gabarit se ressemble... »
« Mais cesse donc de t'inquiéter. »

Jirokichi rit doucement, et s'avança vers Shinichi, de l'autre côté de l'avion.
« Regarde bien. », dit-il, en pinçant la joue de Shinichi et en la tirant durement.

« Aïe ! »
« Tu vois ? »

Shinichi s'éloigna de la main de Jirokichi, qui lui souriait à pleines dents.
« Qu'est-ce que vous fabriquez, vieux ?! »
« Eh bien, Charlie était sceptique, vois-tu. »
« Pourquoi cet Américain est-il sur cet avion, d'ailleurs ? Il était seulement censé escorter les Tournesols jusque dans l'aéroport, non ? Il n'a aucune raison pour venir avec nous au Japon ! »

Ecoutant la phrase de Shinichi, Charlie ouvrit sa bouche et dit : « C'est vrai. Mon contrat stipulait uniquement que je devais protéger le tableau sur le sol américain. Seulement, étant donné que nous savons maintenant que Kid cible les Tournesols, je ne peux pas m'en arrêter là. »
Relevant ses lunettes de son index, Charlie ferma son poing. Jirokichi fit un « Oooh ! » de compliment.

« Typique des samouraïs que j'ai choisis. Tu protégeras Les Tournesols par tous les moyens, n'est-ce pas ? »
« Oui. Laissez-moi faire. »
« Il n'y aura plus qu'à rajouter le Kid-Killer dans tout ça, et ce sera parfait ! »

Tandis que Jirokichi rit de bon cœur et s'éloigna de Charlie, Shinichi le regarda avec sévérité. C'est à ce moment-là qu'arriva Keiko Anderson à l'avant de l'avion. Elle s'arrêta devant Natsumi Miyadai, qui était assise dans la rangée du milieu, deux sièges plus en avant que Jirokichi.

« Natsumi-san, vous allez bien ? »
« O... oui, j'ai juste le mal d'avion. »
« Venez vous dégourdir les jambes dans la cabine avec moi, alors. Allez, il n'est pas bon de rester assis pendant un trop long moment ! »

Keiko prit Natsumi par le bras, et l'aida à se lever de son siège.
« Merci beaucoup. »

Taizo Ishimine utilisa ce moment pour se lever de sa place, sur la rangé à l'autre bout de celle de Natsumi.
« Ah, où allez-vous ? »
« Aux toilettes. »

Keiko continua de regarder Ishimine, tandis que celui-ci marcha vers l'avant de l'avion, avant de s'asseoir sur le siège à côté de celui de Natsumi.
Natsumi, qui titubait légèrement, retourna à sa place, en utilisant les sièges de la rangée pour se retenir de tomber.

Deux sièges devant Natsumi était assise Kumiko Kishi, qui travaillait sur son ordinateur portable. Elle leva les yeux de l'écran lorsqu'Ishimine passa devant elle. Elle continua d'écrire lorsqu'il s'éloigna à nouveau.
 Sur la même rangée que Kumiko, à côté du hublot, était assis Kôji Azuma. Etrangement, son expression faciale montrait qu'il était mal à l'aise, tandis qu'il regardait par le hublot. A un moment, il regarda sa montre, et fronça des sourcils...


[~~~~~]

Kogorô attendait l'atterrissage de l'avion de Jirokichi avec l'inspecteur Ginzô Nakamori, dans une loge des terminaux de l'aéroport Haneda. Cette pièce, qui n'était accessible qu'à des personnes autorisées, avait une grande baie vitrée, qui permettait d'avoir une vue sur le tarmac.
 Debout devant la fenêtre, Kogorô examinait une photographie de l'avion de Jirokichi, que l'inspecteur Nakamori lui avait donnée.

« Eh, oh... », dit-il, en haussant un sourcil. « Pourquoi a-t-il peint son avion avec des couleurs si flashies, s'il sait que Kid veut son tableau ? »
« La police lui a aussi dit qu'il ne fallait pas que l'avion sorte du lot, mais il a répondu que ce n'était pas seulement un simple transport, mais surtout une déclaration. »

Kogoro posa la photographie sur le comptoir devant la fenêtre, et jeta un regard noir à Nakamori.
« Et n'est-ce pas censé être votre travail, de l'en empêcher, Inspecteur Nakamori ? »
« Vous pensez que le vieux écoute encore ce que j'ai à dire ? »
« … On ne peut rien y faire, j'imagine. »

Kogorô et Nakamori haussèrent des épaules.
 « Ooh~ », dit la voix de Conan, qui était derrière eux.
En se retournant, ils virent Conan, qui avait grimpé sur le comptoir, et qui regardait la photo de l'avion. « Donc il revient ici sur ça. Et Les Tournesols est à l'intérieur ? »

Kogorô lâcha un « Bon sang... », avant d'attraper par Conan et de le soulever par le col.
« C'est toujours comme ça, à chaque fois.... pourquoi est-ce que tu dois toujours venir avec nous ?! »
« On ne peut rien y faire, Jirokichi-san a dit d'emmener Conan avec nous, non ? »

Ran, qui était venue avec Conan, regarda le petit garçon. « O... oui... », répondit-il, un sourire amer sur le visage.
« Après tout, Conan est le Kid-Killer ! »
« C'est ça, ouais. », dit Kogorô en haussant un sourcil, mécontent. « Ne traîne pas trop, tu es juste un bagage en trop ici. »
« D'accoooooord~ ! »
« Ran, garde un œil sur l'gamin. »
« Oui. Enfin, je fais ça à chaque fois, mais... »

Ran fit un sourire grincheux, mais son téléphone, dans son sac à main, sonna. Elle le sortit et vit avec surprise le nom de l'appel entrant. « Désolée, je reviens », dit-il, en s'éloignant un peu du groupe de Conan. Elle appuya sur le bouton pour répondre.

« Allô, Sonoko ? »
[~~~~~]

Tandis que l'atterrissage allait commencer, Sonoko était assise sur son siège, la ceinture de sécurité bien fermée. Elle avait téléphoné grâce au téléphone satellitaire de l'avion.
« Ah, Ran ? Nous allons bientôt atterrir, mais je voulais t'apprendre quelque chose de très spécial avant que l'on arrive~ »

Shinichi, toujours assis à l'autre côté de l'avion à côté des hublots, se retourna vers Sonoko.
« Oui, oui. En fait, il voulait te faire la surprise, alors il m'a dit de ne rien te dire, mais... »
 Sonoko avait le comportement d'une personne qui voulait cacher ce qu'elle était en train de dire. Remarquant cela, Shinichi défit sa ceinture, et se leva de son siège.
[~~~~~]


« Oui... Oui... Quoi ?! »
Conan se retourna vers Ran, en entendant son exclamation de surprise.

« Tu es avec Shinichi ?! »
« Impossible... », pensa Conan, n'en croyant pas ses oreilles.
« Ce... ce n'est pas parce que Shinichi est sur cet avion que je... »
Conan courut vers Ran, et attrapa son téléphone de l'oreille de Ran.

« Sonoko-neechan ! Shinichi-niichan est avec toi ?! »

[~~~~~]


« Hein ? », dit Sonoko dans le combiné, entendant la voix de Conan. « C'est toi, gamin ? »
« Où est-il, maintenant ? »
« Où ? Eh bien... »
Sonoko se tourna un peu, et regarda la rangée à l'autre bout de là où elle se trouvait. Shinichi, qui était censé être là, avait disparu.
« Hein ?! Il était assis là, je l'ai vu il y a quelques secondes... »

Shinichi, qui s'était échappé de la cabine, s'avançait vers la soute de l'avion. Il y avait plusieurs containers des palettes, qui étaient liées ensembles pour éviter qu'elles ne se détachent.
 Shinichi grimpa par dessus une clôture, et s'avança vers la boîte en bois dans laquelle était gardé le tableau. Tout était censé être attaché ensemble par des ceintures de sécurité, mais pour une raison inconnue, seule celle-ci ne l'était pas.
En se penchant pour regarder de plus près, il vit que les ceintures de sécurité avaient été désamorcées. Le jeune homme prit une des boucles d'une ceinture de sécurité dans sa main. Il eut une expression faciale indescriptible, tandis qu'il regardait ce qu'il avait dans sa paume.

Et pile à ce moment-là, un énorme son de détonation se fit entendre. La porte qui scellait le fuselage de l'avion explosa et fut aspirée dans le moteur à réaction de l'avion, qui créa une nouvelle grosse explosion.

[~~~~~]


Au moment-même où les explosions se créèrent, des masques à oxygène tombèrent au dessus des sièges.
« Qu'est-ce que... ?! », s'écria Jirokichi.
« Ahh ! », hurla Sonoko.
L'avion tangua et fut secoué. Kumiko, qui se tenait debout dans un couloir entre les rangées de sièges, tomba au sol. Natsumi poussa un cri et couvrit sa tête, tandis que Keiko, qui était assise sur un siège devant eux, tentait désespérément de s'accrocher à son siège.

Sonoko fit tomber le téléphone, qui roula sur le sol de l'avion, maintenant penché.

[~~~~~]


« Sonoko ? Tout va bien ? Sonoko ! »
Ran appelait son amie, après avoir entendu son cri et les bruits d'explosion à l'autre bout du fil. Conan colla son oreille contre le combiné, tandis que Kogorô, qui avait entendu le cri de Ran, accourut vers eux.

« Que s'est-il passé, Ran ?! »
« Il y a... il y a eu un cri, et juste après des bruits horribles... »
« Quoi ?! Inspecteur Nakamori, venez ici ! », dit Kogorô. « Il semblerait qu'il se soit passé quelque chose sur l'avion », expliqua-t-il à l'inspecteur.
Conan se retourna et posa ses mains sur la baie vitrée. Il regarda le ciel, un regard concentré sur le visage. « Serait-il possible que... Kid... ?! », pensa-t-il.


[~~~~~]


Les différentes alarmes retentissaient dans le cockpit de l'avion. Les masques à oxygènes des pilotes venaient d'être libérés.
« Ca ne sert à rien ! L'aileron gauche est endommagé, et le réacteur numéro 4 à droite ne répond plus ! »
 Le capitaine, qui appuyait sur des touches sur le plafond du cockpit, arrêta ce qu'il était en train de faire pour mettre son masque à oxygène.

« Oublie ça. Arrête tout de suite le réacteur numéro 4 pour faire mourir le feu ! »
« Bien reçu ! »
« Je pilote pendant ce temps. »
Le capitaine prit le manche de commande tout en regardant l'écran. Il tenta de le relever pour réajuster le degré d'inclinaison de l'avion, mais le manche était lourd et ne bougeait que très peu.

« Allez, fonctionne ! »
Le capitaine mit de toute sa force sur le levier, et réussit à faire bouger le manche.


[~~~~~]


Lorsque la porte de la soute explosa, tout l'air qui s'échappa de ladite soute créa un effet d'aspirateur. Les containers et les palettes qui avaient été sécurisées furent aspirées en dehors de l'avion. La boîte en bois qui contenait Les Tournesols glissa aussi du sol, et rentra violemment dans la paroi de l'avion.
 Les morceaux de la boîte commencèrent à être attirés par le trou. La boîte en bois roula, fut éjectée définitivement de la soute, et alla s'exploser sur l'aile droite de l'avion, brisant la boîte en bois.

Shinichi fut aussi aspiré en dehors du cargo, mais il réussit à s'accrocher de ses deux mains au fuselage. Du vent fouettait tout son corps, et sa veste était agitée.
« Ça commence à devenir intéressant... », dit-il en souriant. Il rit un grand coup, et lâcha le fusela de l'avion.

[~~~~~]


Dans la cabine, les alarmes continuaient de retentir, et tous les passagers avaient enfilé leur masque à oxygène, et espéraient s'en sortir sains et saufs. Etant assise sur un siège à hublot, Sonoko pue utiliser ses coudes pour se mettre en position fœtale.
 A ce moment-là, elle vit passer quelque chose par le hublot, à une vitesse considérable. Elle ne put en croire ses yeux, car même si elle ne l'avait entrevue que quelques secondes, elle avait pu reconnaître la forme de la chose.

« Une personne... ? »

[~~~~~]


Les personnes qui travaillaient à la tour de contrôle avaient été prévenues de l'arrivée en urgence de l'avion privé de Jirokichi. Les contrôleurs couraient dans tous les sens dans la pièce pour préparer l'atterrissage.

« C'est la tour de contrôle ! Avion 2501, bien reçu. Nous ouvrons la piste A. Pouvez-vous atterrir là ? »
« Ici Avion 2501. Je vais tenter. Evacuez les tarmacs environnants au cas où ! »
« Bien reçu. »

Le contrôleur-en-chef, qui avait discuté avec le capitaine par radio, couvrit le microphone de son oreillette et se retourna vers les autres pour leur donner les ordres.
« Message à tous les avions ! S'ils ont la confirmation qu'ils ont assez d'essence pour continuer à voler, qu'ils commencent un retrait d'urgence ! »

« Que... ?! »
Les contrôleurs qui étaient assis devant les écrans se retournèrent tous vers lui, de surprise.
« Dépêchez-vous, il n'y a pas de temps à perdre ! »
« Oui monsieur ! »

Une fois l'ordre reçu, les contrôleurs contactèrent en précipitation les pilotes dont l'avion allait bientôt atterrir.
« Messages à tous les avions, nous sommes en situation d'urgence ! Si vous avez assez d'essence, retirez-vous de la zone aérienne de l'aéroport ! »

Tandis que le message était répété à tous les avions, le contrôleur-en-chef regarda l'écran central, qui était accroché au dessus de la grande fenêtre. Sur l'écran était inscrit la vitesse, l'altitude et plusieurs autres informations à propos des avions en cours de vol.
 Même si l'avion 2501 arrivait à faire un retournement en cercle pour atterrir, il serait impossible pour lui d'essayer d'atterrir, à cause de son altitude.

Il regarda fixement l'écran qui montrait l'Avion 2501. « Faites que ça marche... », pria-t-il intérieurement.