Détective Conan épisode 820 : Les Sept personnes dans la salle d'attente

L’épisode 820 de Détective Conan est sorti le 4 juin 2016 et s’appelle « Les Sept personnes de la salle d’attente ».
Il est scénarisé par Junichi Miyashita, et est storyboardé par Atsuko Kase. La directrice de l’animation est Keiko Sasaki.

Par un après-midi pluvieux, Conan, Kogorô et Ran se retrouvent coincés dans une station de train alors qu’ils retournaient à Tôkyô. Dans l’impossibilité de prendre leur train, ils décident de passer le temps en allant aux sources thermales de la station. Là, Kogorô trouve dans son casier un morceau de papier avec écrit « Monsieur Môri, quelqu’un sera tué ce soir ».

Kogorô et Conan mènent l’enquête auprès des personnes bloquées avec eux dans la station : un homme d’affaires louche, une assistante parlementaire, une vieille dame, un chômeur, le chef de gare, son assistante, un touriste étranger… Mais ils ne trouvent aucun indice concluant.

Au milieu de la nuit, l’assistante parlementaire décide qu’elle doit retrouver son patron à la station d’à côté, et s’en va dans le froid, la pluie et la grêle. Le touriste étranger, l’homme d’affaires louche, Kogorô et Conan se séparent pour la chercher, mais quelques minutes plus tard, un coup de feu retentit : l’assistante parlementaire a été tuée d’une balle dans le cœur.

Les détectives mènent l’enquête lorsqu’une panne de courant intervient. L’assistante du chef de gare est retrouvée grièvement blessée à la tête. Ran va chercher une trousse de premiers secours, mais tombe sur la vieille dame, qui la menace d’un revolver. Elle le laisse tomber, le trouvant lourd, et Kogorô réussit à le rattraper avant qu’il ne tombe. C’est le pistolet du chômeur, qui dit qu’il voulait s’en servir pour se donner la mort.

Conan mène l’enquête et comprend que l’assistante de station a été tuée parce qu’elle avait compris qui était la véritable cible du coupable. Un train arrive en gare au petit matin. Conan sait qu’un drame va se produire. Il voit au loin le parlementaire, et le coupable arriver vers lui et sortir son revolver. Il envoie un ballon sur le coupable afin qu’il ne tue pas le parlementaire.

Le coupable était le chef de station. Le parlementaire avait conduit son fils au suicide en l’accusant dans une affaire de corruption.


I – Graphiquement

Lorsqu’un épisode voit son animation être dirigée par Keiko Sasaki, le spectateur assidu de Détective Conan peut souffler. Il n’y a nul souci à se faire, car celle-ci maîtrise le character design des personnages, et offre toujours un rendu de qualité. Cet épisode ne déroge pas à la règle.

Les décors de l’épisode 820 sont tout particulièrement agréables. Sur un périmètre très resserré, nous avons la salle d’attente de la gare, les thermes de la gare, l’extérieur et les quais du train sur lesquels l’épisode se finit. La luminosité est très bien gérée, ainsi que les effets de pluie et de grêle. On se sent réellement dans un des premiers épisodes de la série.

Le storyboard est signé Atsuko Kase. Kase est un nouveau storyboardeur de la série, mais il s’est fait connaître dès ses premiers épisodes grâce à la qualité de ses découpages de scènes et la variété de ses plans. Il ne déroge ici pas à la règle, mais sa patte se fait un peu moins sentir que dans d’autres épisodes. On le remarque surtout dans la scène à la toute fin où le coupable s’approche du parlementaire. Le storyboard y est excellent et devrait être un modèle à tous les storyboardeurs de la série.

Evidemment, l’épisode n’est pas parfait graphiquement. Le personnage de la vieille dame, Shimao Fune, ressemble beaucoup trop à celui de Shigemi Terakado de l’épisode 817. L’équipe de production aurait dû essayer de faire un design un peu différent pour éviter que l’on ait l’impression d’un recyclage de designs.

II – Scénaristiquement

Depuis la mort de Kazunari Kôchi, Junichi Miyashita est le meilleur scénariste de fillers de la série Détective Conan. Il est connu pour son ambition et pour la qualité de ses intrigues. Il ne déroge ici pas : il met en place une enquête intéressante, et, surtout, il réussit à instaurer une ambiance qui rappelle les premiers épisodes de la série. Ce n’est certes pas une surprise, mais cela fait plaisir : l’épisode 820 fait partie de ses épisodes qui appartient dignement aux fillers que nous aurions eu du mal à distinguer des épisodes tirés du manga s’il était passé sur France 3 à 16h30 il y a quelques années.

Miyashita étant excellent dans ce qu’il fait, il peut se permettre de caser un peu de fan-service : lorsque Conan et Kogorô sont aux sources thermales, Ran propose à Conan qu’il vienne pour qu’elle le lave. Le fait qu’elle n’apparaisse pas visuellement serait-il le fruit de la censure imposée par Michihiko Suwa à la série animée ?

Pour continuer dans l’anecdote, Conan se pèse après être sorti des thermes, et pèse toujours 18,4 kg, comme au début de la série. Mais si 18,4 kg était déjà un peu maigre pour un enfant japonais en 1997, cela est encore pire aujourd’hui, car la taille moyenne des japonais et leur corpulence a beaucoup augmenté depuis les années 1980.

III – Bilan

Avec Atsuko Kase au storyboard, Keiko Sasaki à la direction de l’animation et Junichi Miyashita au scénario, l’épisode 820 était entre de très bonnes mains. La conséquence  de cela : un épisode très bon, intéressant, à l’atmosphère prenante, et aux graphismes plus que satisfaisants. 8,5/10. Un filler à voir.