Détective Conan épisode 835 : L'Homme qui est mort deux fois (Deuxième partie)

L’épisode 835 de Détective Conan est sorti le 8 octobre 2016 et s’appelle « L’Homme qui est mort deux fois ».
Il est scénarisé par Nobuo Ôgizawa, et est storyboardé par Masaharu Ôkuwaki. La directrice d’animation est Yui Ushinohama, assistée de Miho Tanaka, Chie Morishita et Nozomi Sakamoto.


Après avoir mené son enquête, Conan rassemble toutes les pièces du puzzle. Il appelle l’inspecteur Megure pour qu’il rassemble tous les suspects dans la pièce où le meurtre a eu lieu, et fait venir Kogorô. Il l’endort, et prend sa suite.

Kogorô l’Endormi révèle que le véritable coupable est le secrétaire de l’homme d’affaires, Shinkai.

I – Graphiquement

L’épisode 835 est, sur le plan graphique, une surprise. Non pas qu’il soit particulièrement beau, mais plutôt, il n’est pas particulièrement laid. Une sorte de loi intangible de la série Détective Conan est que plus un épisode a de directeurs d’animations et d’assistants, moins il sera beau. Cette règle a quelques exceptions, évidemment (on pense aux grosses affaires comme le Mystery Train ou Scarlet Showdown), mais c’est le plus souvent le cas. Or, ici, l’animation et les dessins sont de bonne facture. Ushinohama et ses assistantes ont fait un travail plus que respectable.

La palette de couleurs elle-même n’est pas mauvaise, les couleurs ne sont pas trop flashies, et ne choquent pas trop les yeux. Evidemment, on aimerait que la palette de couleurs soit repensée afin d’être un peu plus terne et ainsi faire moins bas de gamme, mais cela ne pourrait arriver que si un nouveau producteur était embauché sur la série. Peine perdue, donc, tant les producteurs ont une grande longévité à la tête de l’animé Détective Conan.

Les décors sont également jolis, bien qu’ils ne soient pas transcendants. On n’en attendait honnêtement pas plus, et le travail qui devait être fait a été fait. L’épisode 835, à défaut d’être intéressant à écouter, est esthétiquement plaisant. Le seul bémol là-dedans est l’absence totale de la patte du storyboardeur, Masaharu Ôkuwaki : alors qu’il est l’un des seuls à imposer son style dans ses storyboards, à chercher à être novateur et à ne pas suivre bêtement les canons posés par les représentants de l’orthodoxie tel qu’Umesaburô Sagawa, le storyboard de l’épisode 835 n’a rien de spécial. Peut-être est-ce la conséquence du caractère soporatif du scénario ?

On remarque d’ailleurs que dans l’épilogue, Conan, assis dans le sofa de l’agence de Kogorô, joue à la 3DS. Il semblerait que ce soit la première apparition d’une 3DS dans Détective Conan jusqu’à présent.

II – Scénaristiquement

Nous avons l’habitude de dire qu’Ôgizawa réussit un épisode sur dix. Cela semble confirmé par les épisodes 834 et 835, qui sont, tous les deux, assez mauvais. Ils n’ont pas une affaire aussi poussée qu’on peut les trouver dans le manga, et n’apportent pas non plus la fraîcheur des fillers. L’affaire des épisodes 834 et 835 réussit à être plus vide que l’épisode 833, qui, pourtant, était un filler en une partie… mais scénarisé par Junichi Miyashita.

Les soucis de l’épisode 835 ne sont pas si nombreux. Ils tiennent juste à l’assoupissement progressif de ses spectateurs, qui est lui-même dû au manque d’intérêt du scénario. Rien ne vient troubler un scénario plus banal que banal, où rien ne ressort. On en vient à regretter la belle époque des fillers de Kazunari Kôchi, où l’on pouvait choisir n’importe lequel de ses épisodes au hasard et l’apprécier comme on apprécierait une affaire du manga.

III – Bilan

4/10. Un grand vide dans un épisode qui n’a rien d’intéressant. Spectateurs, passez votre chemin – la saison 21 de Détective Conan a bien mieux à offrir.