Détective Conan épisode 881 : Le Sorcier dans les vagues

L’épisode 881 de Détective Conan est sorti le 18 novembre 2017 et s’appelle « Le Sorcier dans les vagues ».
Il est tiré des chapitres 972 et 973 du volume 92, et est storyboardé par Yasuyuki Honda. Le directeur d’animation est Kenichi Ôtomo.


Dix ans auparavant, sur une plage du Japon.
Shûichi rencontre pour la première fois sa petite-sœur, Masumi, et pour la première fois depuis sept ans le lycéen Shûkichi. Il s’est disputé avec sa mère, Mary, lorsqu’il lui a révélé qu’il est parti faire ses études aux Etats-Unis avec l’ambition de découvrir la vérité sur la mort de son père.

Il explique qu’il a rejoint le FBI après avoir obtenu son diplôme, qu’il a obtenu la nationalité étatsunienne, et qu’il va avoir du mal à avoir le permis car dans le pays où il vivait précédemment, et au Japon, on conduit à droite et non à gauche.

Mary explique qu’elle est mécontente que Shûichi soit parti car son mari, avant de disparaître, avait envoyé un SMS disant qu’il fallait qu’ils l’oublient, et qu’ils aillent vivre au Japon, pays sécurisé. Shûichi se fait la remarque que le corps de leur père n’a jamais été retrouvé.
Masumi se rend compte que Shûkichi ne sourit jamais. Elle essaie de faire des cabrioles pour le faire rire, mais rien n’y fait.

Yukiko les interrompt et leur demande s’ils ont vu un petit garçon avec une fille de son âge. Elle remarque au passage que la famille doit être anglaise, car elle n’utilise pas des mots d’anglais américain. Mary répond qu’elle n’a pas vu le petit garçon en question. Mais à ce moment-là, Shinichi arrive, pointe du doigt Shûichi, et lui dit qu’il est un pierrot. Il lui explique sa déduction, mais se rate. Il fait rire Shûichi, ce que Masumi trouve impressionnant.

Shinichi se présente, mais Ran arrive et lui dit de ne plus aller embêter les gens comme ça. Arrivent trois hommes, que Shinichi a humiliés plus tôt en révélant leur plan malhonnête : ils avaient mangé un repas et avaient mis une mouche dans le plat pour ne pas avoir à le payer. Ils essaient de faire du mal au petit détective, lorsque Shûichi les menace et les contraint à partir.

A ce moment-là, une voiture sort de sa voie à toute vitesse et tombe de la falaise. Elle se précipite dans l’eau. Shûichi fonce dans l’eau pour aller récupérer les personnes à l’intérieur. Le conducteur, n’ayant pas mis sa ceinture, est mort en frappant sa tête contre le pare-brise. Il y a à l’arrière une sacoche avec des montres volées, et le passager s’est enfui.  

I – Graphiquement

L’épisode 881 est une réussite graphique. Tous les personnages sont dessinés comme il faut, et ne s’éloignent jamais de leur modèle de dessin. Les animations sont fluides, et le character design est de qualité. C’est tout ce à quoi on peut s’attendre légitimement d’un épisode d’une telle importance. Il est l’un de ces épisodes qui sont réellement beaux à regarder, et où l’on n’a jamais envie de détourner les yeux.
On remarque qu’étrangement, le style de Kenichi Ôtomo est très peu discernable tout au long de l’épisode. Il est possible que l’animateur-en-chef superviseur, Seiji Muta, ait modifié les plans où son style était le plus saillant.

En parlant de Seiji Muta, celui-ci s’est impliqué dans l’épisode en dessinant plusieurs scènes en traits noirs. Elles rendent magnifiquement bien. Quand fin de Détective Conan il y aura, on espère fortement que les meilleurs animateurs (Yamamoto, Muta et Sudo, pour ne citer qu’eux) coopèreront pour produire les meilleurs graphismes possibles.

Le choix des couleurs est aussi très bon. En réalité, la palette de couleurs de l’épisode est très similaire à la terrible palette des épisodes précédents. La différence est que cet épisode-ci se passe sur une plage au soleil. Les couleurs flashies ne choquent donc pas les yeux, et s’immiscent bien dans le paysage.

Le seul reproche graphique que l'on peut faire à l'épisode, c'est la gestion de la physique. Lorsque la voiture sort de la route et tombe dans l'eau, la chute est beaucoup trop lente, ce qui brise la dynamique de vélocité de la voiture. Il en ressort que la scène est beaucoup moins épique qu'elle aurait dû être.

Parlons justement des décors. Ils oscillent entre le très bon et le magnifique. On voit bien que lorsque l’équipe de production de l’animé a de l’ambition, elle peut produire quelque chose de superbe. Ils sont même meilleurs que ceux des premiers épisodes de la série, c’est dire leur qualité.
Pour l’anecdote, on remarque que, comme dans l’épisode 875, une mention de MOA est faite. Le Studio MOA est un des studios qui produit les décors de Détective Conan. Ils ont tendance à glisser discrètement leur nom dans les arrières-plans de la série. Sur la plage, un des magasins s’appelle « MOA MOA ».

[Image]

Enfin, juste parce que nous voulions le faire, voici un gif de Shûichi Akai en train de rire à l’infini :

 [11 :56, GIF, rire de Shûichi mal fait]

II – Scénaristiquement

Avant de critiquer le scénario en lui-même, nous devons parler de l’agencement des épisodes de Détective Conan.
L’équipe de production de l’animé a comme travail de décider du calendrier de diffusion : tel épisode sera diffusé tel jour et adaptera tels chapitres. Ainsi, un mois et demi en avance, ils savent ce qui sera fait dans le futur. Cela leur permet de s’assurer de la disponibilité des animateurs, des doubleurs, des scénaristes, etc.. Ils ont aussi pour tâche de créer une continuité entre les épisodes tirés du manga : si l’affaire B est une suite directe de l’affaire A, l’affaire A et l’affaire B doivent être diffusées côte à côte, sinon cela n’aurait aucun sens. Jusqu’à présent, cela a été, globalement, respecté.

Pas ici. L’épisode 879 finissait sur Conan qui repensait à la fois où il a rencontre la famille Akai il y a dix ans. L’épisode 879 est un filler qui se passe durant un week-end. L’épisode 880 reprend là où l’épisode 879 s’était arrêté. Quelle logique à cela ? Est-ce une erreur de la part de l’équipe, ou était-ce voulu ? Nous ne le saurons probablement jamais. Il n’en reste pas moins que ce petit élément donne une situation assez cocasse où l’équipe de production a été obligée de rajouter un flashback à l’épisode 879 qui lui-même se finissait sur un flashback, pour rappeler l’origine du grand flashback que va constituer cette affaire.

Si l’on s’attarde sur le scénario, nous apprenons en un coup énormément d’informations. Voilà ce qu’Aoyama devrait faire plus souvent, plutôt que de laisser trainer, comme il l’a fait, l’histoire de Masumi Sera. On nous confirme que la famille des Serakai est d’origine anglaise, et que Shûichi a fait ses études aux Etats-Unis. Il est assez peu resté avec sa famille, car il est parti très tôt outre-Pacifique. Shûkichi faisant remarquer que Shûichi est parti lorsque Mary est tombée enceinte de Masumi, Shûichi est parti aux US à l’âge de 14/15 ans. Cela confirme également que Masumi ne mentait pas sur son âge lorsqu’elle disait avoir 17 ans. Mary semble bien être la mère biologique de la fratrie.

On apprend, autre élément important, que Shûichi est parti aux Etats-Unis non pas simplement dans le but d’y étudier, mais aussi pour découvrir ce qui est arrivé à son père. L’histoire du père avait déjà été mentionnée dans l’affaires des ciseaux serrés ; on obtient là la confirmation définitive que le père d’Akai va être très important pour l’intrigue. Quant à savoir ce qui lui est arrivé, nous allons devoir encore attendre. Le seul indice qui nous est donné est que, s’il est réputé mort, son corps n’a jamais été retrouvé, qu’il a rencontré des personnes « très sérieuses » (comprendre par là : l’Organisation) qui met en danger la famille Serakai, et que celle-ci doit désormais se cacher pour couper tous les liens avec lui.

III – Bilan

Un très bon épisode, peut-être l’un des meilleurs de la série. L’affaire ne semble pas passionnante, mais l’intérêt de l’épisode réside dans les révélations concernant la trame. On voit enfin l’aboutissement de plusieurs années de teasing avec les sous-entendus constants de Masumi et les petites informations glissées ici et là par Shûichi et Mary. L’épisode 881 doit être vu pour ses éléments tramesques, mais aussi pour la beauté générale de l’épisode. 9/10.