Détective Conan épisode 913 : Conan kidnappé (Première partie)

L’épisode 913 de Détective Conan est sorti le 15 septembre 2018 et s’appelle « Conan kidnappé ».
Il a été scénarisé par Junichi Miyashita, et est storyboardé par Yasuyuki Honda. Le directeur de l’animation est Keiko Sasaki.


Alors que Conan a endormi Kogorô dans un entrepôt, la police entre, armée, et déclare Iwao Takatori en état d’arrestation pour avoir volé des bijoux. L’homme boit tranquillement un café. Il déclare ne rien savoir. Megure dit qu’il sait qu’il a volé 300 millions de yens en bijoux dans une joaillerie de Beika la veille, avec son complice Utsumi Tokuro.

Le coupable présumé fait remarquer que les caméras de surveillance ne peuvent prouver que c’était bien lui qui a volé le magasin hier. Conan prend la voix de Kogorô et intervient pour dire que l’enregistrement des caméras sont une preuve suffisante. A ce moment-là, Iwao tire sur une chaîne en métal qui faisait tenir des caisses de bois au plafond. Cela produit une diversion, mais l’homme est rattrapé par la police. Alors, il prend Conan en otage.

Conan 896

Les deux roulent sur une autoroute quand Conan réussit à s’échapper. Après une course-poursuite dans un petit village désert, Conan est rattrapé par l’homme, qui lui demande de lui rendre ce qu’il a pris dans la voiture. Le petit détective s’exécute, et ils se rendent dans un grand manoir dans les bois.
Iwao force Conan à monter un conduit de cheminée. Conan le fait, et arrive dans une pièce ronde au sommet de la bâtisse, où se trouve le cadavre du complice dont Megure parlait plus tôt. Iwao dit qu’il s’est fait attaquer par lui : lui donnant rendez-vous la veille devant le manoir, il avait été accueilli par des tirs de sniper depuis le toit.

De retour sur une grande route, la victime bande les yeux de Conan. Elle ouvre sa portière et le jette sur la route.

I – Graphiquement

L’épisode est, graphiquement, une semi-réussite. Si la plupart du temps, les personnages sont bien dessinés, grâce au talent de Keiko Sasaki, les visuels souffrent de quelques défauts.
Tout d’abord, l’épisode est vide. Les rues sont vides, la ville est vide, les routes sont vides. Conan se fait à un moment coincer dans un centre-ville, mais il est, pour une raison qui n’est jamais expliquée, vide. On aurait cru que le fait qu’un centre-ville de la banlieue de Tôkyô soit complètement vide soit expliqué par la suite, mais pas du tout : le spectateur doit juste considérer que la ville a été abandonnée.
Ensuite, la physique est peu respectée et les incohérences sont nombreuses. Lorsque trois caisses en bois tombent au sol au début de l’épisode, elles déclenchent un déferlement de poussière, comme si une bombe avait explosé.

Aussi, la voiture du coupable réussit à défoncer le mur de l’entrepôt, et en marche-arrière, ce qui est assez peu crédible et choque visuellement.

Le storyboard étant de Yasuyuki Honda, on pouvait s’attendre à un bon travail. Et c’est en effet le cas, à quelques exceptions près. Certains plans sont trop abrupts, les transitions ne sont parfois pas bonnes, et un personnage peut sur un plan être à un point A, et sur le plan suivant se déplacer de quelques mètres. C’est bien dommage.
On remarque qu’Honda utilise à un moment la technique fétiche d’Atsuko Kase, à savoir la division de l’image par un trait blanc, qui permet au spectateur de voir en un plan ce qu’il se passe pour deux personnages différents. Contrairement à Kase, qui en avait abusé dans l’épisode 900, Honda sait se servir de cette technique de storyboarding.

En termes de couleurs, l’épisode est assez bon, et rien ne choque trop. Certes, Ran a un vêtement jaune, couleur flashie-fluo par excellence, mais le département des couleurs semble s’être récemment calmé sur la colorisation cheap. Nous reviendrons sur cela dans un article dédié, mais il est certain que si l’animé Détective Conan est produit avec un budget faible, l’équipe de production de l’animé pourrait considérablement améliorer le rendu des épisodes en modifiant la palette de couleurs, c’est-à-dire en conservant le même budget. Il est bien dommage de donner un aspect bas de gamme à une série qui mérite plus, tout simplement parce que personne ne pense à modifier les couleurs.

II – Scénaristiquement

L’épisode est scénarisé par Junichi Miyashita, maître de Détective Conan et un des meilleurs scénaristes de fillers, si ce n’est le meilleur scénariste de fillers, que la série ait encore après la mort de Kazunari Kôchi. Le problème principal de Miyashita est que malgré son ambition, l’équipe de production de l’animé ne lui donnent jamais les moyens de la rendre effective. Certes, il est l’auteur de fillers qui a le droit au plus de fillers en deux parties, mais c’est des affaires en trois parties, voire des mini-arcs entiers, voire des films, qu’il faudrait lui donner à scénariser. La critique naturelle qui en découle est que l’épisode 913, qui met en place et entame l’affaire, aurait pu (et dû) être plus développé, avec des flashbacks pour expliquer comment nous en sommes arrivés là, plutôt que d’essayer de faire entrer un contenu de 30 minutes dans un épisode qui en fait 24.

Aussi, parce que l’équipe de production de fillers ne veut pas être ambitieuse, une incohérence scénaristique se glisse dans l’épisode : si Iwao est juste un braqueur, l’escouade de Megure n’a pas à intervenir ; si Iwao est un braqueur qui est aussi un détenteur illégal d’armes, ce n’est pas l’escouade de Megure qui doit intervenir, mais bien le PSB. Kazami devrait donc être sur l’affaire. Mais comme le personnage est considéré comme « tramesque », il n’apparaîtra pas dans cette affaire. Dommage, car Haibara, elle, est apparue dans les fillers dès la saison où elle a été introduite dans le manga.

Ce que l’on remarque avec l’épisode, c’est la maîtrise de Miyashita. L’homme sait ce qu’il fait. Son introduction est aux petits oignons : il met bien en place le décor, explicite en trente secondes qui est et comment est le personnage d’Iwao, et nous met dans une ambiance action/aventure qui va prédominer dans l’affaire. Comme toujours, Miyashita soigne la mise en scène, et c’est fort agréable. Et il réussit à finir l’épisode aussi bien qu’il le commence, avec ce qui est probablement une des meilleures scènes de fin pour un filler. Avec l’épisode 869, Miyashita nous avait prouvé qu’il savait toujours comment créer du suspense à la fin de ses épisodes.

Là où il pêche, cependant, c’est dans le concept de l’affaire. Conan s’est déjà fait kidnapper plus de quatre fois dans la série. Dans un animé de plus de 900 épisodes, rien de bien alarmant à cela ; cependant, non-seulement la narration de l’opening commence par Conan disant « Pour la première fois, je suis kidnappé pendant une affaire ! », mais en plus, la prise d’otage a déjà été utilisée comme ficelle scénaristique dans un épisode récent. Peut-être faudrait-il que l’équipe de production, qui gère le calendrier des épisodes, fasse en sorte que les personnages principaux ne puissent être pris en otage à des intervalles trop courtes, au risque de rendre la série ridicule en amenuisant tous les enjeux dramatiques que représentent les kidnappings.
Etant donné que l’on sait que Conan s’en sortira indemne, et que le concept a déjà été utilisé, les scénaristes doivent concentrer tous leurs efforts créatifs sur la manière dont le kidnapping de se déroule. Quel lien Conan va-t-il créer avec le preneur d’otage ? Comment va-t-il s’en sortir ? Le preneur d’otage va-t-il se servir de lui ? Toutes ces choses seront à prendre en compte par les futurs scénaristes pour éviter de faire de bêtes redites de ce que l’on a déjà vu dans la série. Dans l’épisode 913, le personnage du preneur d’otage est assez intéressant pour qu’on s’y attache, et l’utilisation qu’il fait de Conan est assez intéressante. Il n’y a donc pas de problème de ce point de vue-là.

On remarque, comme dans la précédente critique, le refus de donner le nom réel des endroits où l’épisode se passe. Conan et le coupable sont bloqués sur « l’autoroute Kitahinode », mais elle n’existe pas (elle est juste le nom d’une station de train fantôme d’Hokkaido – autrement dit, elle n’existe pas). Pourquoi ne pas avoir donné le nom d’une autoroute réelle de la banlieue de Tôkyô, afin d’ancrer Détective Conan dans le réel ?

Mais ce qui sort les spectateurs du réel, c’est surtout certaines incohérences et certains problèmes scénaristiques de l’épisode. Si nous avons déjà mentionné le fait que Conan et le coupable se retrouvaient dans une ville totalement vide, et que le néant humain de la ville n’était jamais expliqué (même Ôgizawa n’aurait pas osé une telle facilité scénaristique), certaines scènes sont tout simplement étrangement faites. On dirait que Miyashita a écrit le script sans se demander comment il allait être adapté en images. Ainsi, la scène où Conan s’échappe de la voiture du coupable est totalement irréaliste et sort de l’épisode.

Le trouble continue à la pause-publicité. Les épisodes de DC, depuis le premier, se coupent vers le milieu de l’épisode pour une séquence de quelques minutes de publicité. Lorsque les pubs s’arrêtent et que les grandes portes se rouvrent, l’épisode reprend là où il s’était arrêté. Or, dans l’épisode 913, les deux premières minutes après la coupure de pubs sont exactement les mêmes que les deux minutes avant. Pourquoi ? Le scénario de Miyashita était-il trop court ; ne pouvaient-ils pas imaginer un moyen de rallonger une scène ou deux, pour éviter aux spectateurs ce désagrément ? La conséquence n’est pas dramatique, mais le rendu final est décevant.

III – Bilan

L’épisode 913 n’est ni le meilleur filler en deux parties de Miyashita, ni le plus inventif. Est-ce le signe d’une fatigue de l’auteur, qui, à force de scénariser des pièces maîtresses, perd en créativité ? Espérons que non, car l’épisode reste très appréciable, et probablement un des meilleurs de la saison. Il manque cependant à l’épisode une âme, une ambiance, qui rendrait l’épisode proprement Conan-esque, tel que l’affaire de la chute de Conan de la falaise. Pour un épisode très bon, mais qui n’a pas les moyens de son ambition, 7,5/10.

​Lire la critique de l'épisode 912

Lire la critique de l'épisode 914

​​Revenir aux épisodes de la saison 23