Détective Conan épisode 936 : Le Complot du food truck

L’épisode 936 de Détective Conan est sorti le 13 avril 2019 et s’appelle « Le Complot du food-truck ».
Il est scénarisé par Takahiro Ôkura, et est storyboardé par Masaharu Ôkuwaki. La directrice d’animation est Asuka Tsubuki.


Genta, Ayumi et Mitsuhiko marchent seuls dans Beika. Conan n’est pas avec eux parce que, selon le professeur, il est parti à Hokkaido. Genta propose qu’ils se rendent, sans lui, au marché paysan du parc de Beika. Continuant leur promenade, ils entendent accidentellement une discussion qu’ont les trois employés d’un food truck : lors du marché paysan, ce qu’ils ont préparé va « exploser ».

Aussitôt, les Detective Boys pensent à une bombe. Ils paniquent et ne savent pas quoi faire. Ils se demandent ce que Conan ferait s’il était là. Ils conviennent qu’il leur faut des preuves de ce qu’ils avancent pour convaincre la police de se saisir de l’affaire.

Les enfants se séparent et suivent chacun des trois membres de l’équipe. Ils se font repérer malgré les conseils avisés que Conan leur donne toujours. Ils apprennent qu’ils se sont trompés, et que ces trois personnes sont juste des membres d’un restaurant appelé « Marina », spécialisé en plats originaires de Singapour.

Les DB repartent bredouilles et croisent les agents Satô et Takagi en leur expliquant ce qui leur est arrivé. Lorsque Takagi se demande pourquoi il y a une étoile sur le food truck, les DB répondent que les employés leur ont dit que c’était parce qu’ils aiment aller le week-end en montagne pour regarder les étoiles.

Satô se rend compte que quelque chose cloche et fait arrêter les trois employés. Ils étaient en fait des anciens criminels qui cherchaient à tuer Megure en faisant exploser la bombe, et ils se faisaient passer pour des employés d’un restaurant après avoir kidnappé et bâillonné les véritables employés. Satô a compris qu’ils n’étaient pas de véritables employés car des employés d’un restaurant singapourien sauraient forcément que l’étoile est en fait le symbole de Singapour.

I – Graphiquement

La directrice de l’animation de l’épisode étant Asuka Tsubuki, nous nous doutions que la qualité des dessins et de l’animation ne serait pas très élevée. Nous n’avons donc pas été surpris lors du visionnage de l’épisode : les personnages ressemblent à ce à quoi ils devraient ressembler, mais leurs traits sont trop angulaires, ou leurs yeux ne sont pas assez bien dessinés. On aurait pu imaginer que le filler qui sert de prologue à un film, en l’occurrence le film 23, ait bénéficié d’un soin particulier, ou que, dans tous les cas, un directeur d’animation plus talentueux ait été mis sur le coup. Que nenni.

En termes de décor, tout est correct. Rien ne sort vraiment du lot. On regrette simplement que le scénariste ait choisi de faire se dérouler le marché paysan de Beika dans un nouveau parc que nous n’avons jamais vu, alors que la série animée Détective Conan regorge déjà d’endroits boisés où l’action pouvait se dérouler.

II – Scénaristiquement

L’épisode 936 n’est pas un filler comme les autres. L’équipe de production de l’animé a décidé en 2014 que les traditionnels OAV, qui servaient de prologue aux films, seraient directement incorporés à la série animée. Ainsi, le 936, dans la lignée du 694 (film 17), 735 (film 18), 774 (film 19), 813 (film 20), du 855 (film 21), et du 898 (film 22), introduit le film 23. Le 813 avait été très mauvais, et n’avait été concurrencé que par le 898 dans la course à la nullité. L’épisode 855, scénarisé par Takahiro Ôkura, avait été assez bon et avait montré une certaine maîtrise de la série par le scénariste. Ôkura réussit-il ici son pari ?

La réponse est non. Ôkura n’est pas un mauvais scénariste, il l’a montré avec l’épisode 855 et l’épisode 829. Mais l’épisode 936 ne fait pas honneur à son talent. Le problème principal de l’épisode est que le scénariste s’entête dans une histoire qui se révèle de prime abord être une fausse piste, pour finalement dans la dernière minute de l’épisode nous apprendre que les Detective Boys avaient raison. L’erreur dans laquelle Ôkura est tombée est d’avoir fait durer la première phase où les DB sont suspicieux trop longtemps. On passe une bonne quinzaine de minutes de l’épisode en croyant qu’ils se sont trompés, et ce n’est qu’à la toute fin que l’on apprend qu’ils avaient raison. Il aurait fallu que les coupables fassent croire aux enfants qu’ils étaient innocents vers le milieu du filler, pour montrer les DB héroïques ne pas lâcher l’enquête et continuer d’investiguer dans la deuxième moitié.

Outre ce soucis de timing, qui est de la faute d’Ôkura, un autre problème fait de l’épisode un échec : il est vide d’enjeux jusqu’à la toute fin. Le spectateur comprend immédiatement que les DB ont exagéré ce que disaient les cuistots, ce qui mène à un désintérêt total pendant tout le filler, jusqu’à la révélation finale. Entre temps, nous avons droit à des enfants qui poursuivent des cuisiniers qui vont faire leur course au supermarché, ce qui, plus qu’inintéressant, est le comble de la nullité. Mais cela est dû autant à Ôkura, qui l’a mal mis en scène, qu’à l’équipe de production, qui l’a contraint à écrire un filler qui vante la cuisine de Singapour, de la même manière qu’elle avait contraint Sakurai à écrire un filler sur un gâteau du café Poirot qui a fondu.

Ôkura n’est pas un mauvais scénariste. Malgré tous les échecs du filler, on ressent bien à certains moments qu’il a une connaissance certaine de la série et de ses logiques. On aurait pu croire, par exemple, que l’idée de faire apparaître une sorte de Conan fantômatique aurait été une terrible idée. Il ne faut pas s’arrêter là : le fantôme, qui est en réalité une représentation idéalisée que les Detective Boys ont de Conan, est un très bon outil scénaristique parce que chacun des DB l’interprète à sa façon. Avec Ayumi, le Conan idéalisé est doux et gentil (amoureux ?) ; avec Genta, le Conan idéalisé parle et se comporte un peu comme Genta, car Genta voudrait ressembler à Conan ; avec Mitsuhiko, le Conan idéalisé est particulièrement intelligent et se moque de Mitsuhiko sur ses capacités déductives, parce que Mitsuhiko craint de ne pas être à la hauteur de son ami. Le scénariste aurait certes pu exploiter un peu plus ce filon, mais ce qu’il a fait est déjà assez intéressant pour que le filler ne soit pas entièrement à jeter. Espérons que ce Conan fantômatique idéalisé soit réutilisé dans d’autres fillers.

Un autre soucis repose sur le lien entre le filler et le film qu’il est censé promouvoir. L’intérêt de ces prologues est, tout d’abord, de faire de la publicité pour le film, et, ensuite, de donner un indice concernant le film. Le seul bon point de l’épisode 898, par exemple, était de faire comprendre subtilement que c’étaient les appareils de cuisine connectés qui allaient être utilisés comme déclencheur pour les bombes du film 22. L’épisode 735 soulignait également de manière discrète l’importance qu’aurait la géographie de Tôkyô, et notamment de ses ponts colorés, dans le plan du meurtrier. Ici, il n’y a aucun indice sur le film. Le seul lien avec le film 23 est que les Detective Boys mangent du riz au poulet, qui est une spécialité de Singapour. Rien de plus. Voilà qui est un peu léger.

On remarque aussi l’incohérence de l’équipe de production, qui fait apparaître Makoto Kyôgoku dans le filler-prologue du film 21, mais qui ne le fait pas apparaître ici. Il aurait pourtant été intéressant de nous montrer le karatéka en plein entraînement avant la compétition.  

Chose étonnante, l’épisode 936 partage un lien étrange avec le terrible épisode 813, qui introduisait le film 20 : la Beika Bakery réapparaît pour la première fois. Cette boulangerie est l’endroit où travaillait l’homme étrange qui poursuivait Tôru Amuro dans l’épisode 813 afin d’obtenir la recette de ses « délicieux sandwiches » (sic).

Grâce aux indications données par l’épisode 936, on peut très facilement placer le film 23 dans la continuité de l’animé Détective Conan : au début de l’épisode, Ayumi dit que Conan est parti en voyage à Hokkaido sans eux. Ce mensonge est utilisé par Agasa et Haibara pour couvrir le fait que Conan a été kidnappé par Kaitô Kid et emmené à Singapour pour résoudre l’affaire.

In fine, on ne peut que regretter la nullité de l’épisode 936. Quelques bonnes idées auraient pu être plus mises en avant. Le fait que des criminels cherchent à se venger de Megure en faisant exploser une bombe lors d’un évènement où il est invité était une bonne idée. Scénaristiquement, cela aurait pu faire un très bon filler, voire même, soyons ambitieux, un filler en deux parties. Mais toutes les bonnes idées de l’épisode sont trop rapidement abandonnées, et on ne réussit pas à apprécier l’épisode pour son contenu propre.

III – Bilan

4/10. Ce filler est un grand pas vers la lumière lorsqu’on le compare au précédent filler dont le seul sujet était la fonte des gâteaux du café Poirot. Il n’en reste pas moins que l’épisode 936 n’est pas bon du tout. Son intrigue est mauvaise, son rythme est mal gérée, et ce ne sont que quelques bonnes idées ici et là, ainsi que le fait qu’il soit le prologue à un film, qui font qu’il ne sera pas trop rapidement oublié. A regarder pour sa culture Conan-esque, au même titre que tous les prologues des films Détective Conan, mais à ne regarder qu’une fois.