KudoAnalyse : Files 918 à 920

Bonjour à tous et à toutes, amis membres de la secte des adorateurs de Genta.
Il est temps, aujourd'hui, après plusieurs semaines d'absence, de publier la KudoAnalyse des chapitres 918 à 920.
Nous nous étions quittés sur l'analyse du chapitre 917, où Conan travaillait pour la première fois avec un nouveau personnage bien mystérieux, Hyôe Kuroda, qui correspondait parfaitement aux descriptions de RUM (que nous écrirons ici ''Rum'' pour le plaisir des yeux), de par son visage de vieil homme, son prénom de femme, sa musculature d'homme et son œil droit caché.

L'affaire se finissait sur le retour de Conan, Kogorô et Ran à Tôkyô. Gôshô nous annonçait une nouvelle affaire ''basique'' en trois files, et la transition s'est faite normalement. Une fois Conan de retour chez lui, le fil scénaristiques "basique" peut reprendre sa vie, car Conan n'est plus en déplacement constant (comme lorsqu'il est à Osaka ou Gunma).
 Dès la troisième page, Haibara saute elle-même sur le sujet de Kuroda, et demande à Conan ce qui lui est arrivé. La question prévoit déjà ce qu'il se passera dans le futur, étant donné que l'on a la réponse à cette question en fin de file.

Conan demande des précisions à Haibara, ce à quoi elle répond ''Tu sais, cet homme dont tu m'as envoyé la photo en me demandant si je le connaissais. Il faisait plutôt peur''. Conan répond machinalement, ''Ah, le chef Kuroda''.
 A partir de là, on peut déjà comprendre dans quelle mentalité est Conan : il a vraiment rayé Kuroda de la liste des personnes suspectes. Les doutes sont tombés (ce qui est étonnant, étant donné qu'il ne sait toujours pas ce qu'il s'est passé pendant les dix ans de son hospitalisation), et il ne s'occupe plus de lui. Comme on a l'habitude de le voir chez Goushou, si un élément essentiel de la trame est rapidement oublié, ce n'est pas que Gôshô tentait de nous faire des faux espoirs dans la file précédente : il fait en sorte que ses personnages oublient délibérément un élément essentiel, pour ensuite le ressortir afin de choquer ses personnages, et faire sortir un côté dramatique.

Haibara n'est pas du tout inquiète elle non plus, et n'a l'air de ne rien cacher.
 Dans le cas où Haibara sait quelque chose mais le cache, l'auteur utilise généralement une case où l'on peut voir Haibs en pleine réflexion dans une bulle de pensée. On peut citer par exemple le meurtre dans la montagne de Gunma (prologue du Mystery Train), où on pouvait la voir regarder la maison des Kudo où se trouve Okiya, et se dire ''Si ça se trouve, cet homme...''. Là, rien.

Bien que l'on n'ait pas de réponse à la question que Conan a posée au téléphone à Haibara (→ ''Connais-tu cet homme ?''), on peut déjà en deviner la réponse. Il ne faudra pas compter sur Haibara, une fois de plus.

Conan enchaîne : ''Même s'il agissait de façon suspecte au début, il semblerait que c'était pour mener à bien son plan pour arrêter le coupable''.
On se retrouve avec un Conan assez insouciant, et cette insouciance est délibérément montrée par Aoyama. Il cherche à faire un Conan tranquillisé, complètement insouciant, et qui ne se méfie de rien. C'est cet état d'esprit qui a mené à Scarlet Showdown (Conan avait tenté le tout pour le tout en demandant à Amuro s'il faisait bien partie du camp des gentils, ce à quoi celui-ci lui avait répondu qu'il s'était trompé), et c'est assez encourageant. Si le héros est artificiellement mis en position d'insouciance et je-m'en-fouttisme, c'est qu'il va prochainement être corrigé... de la manière forte.



Aoyama rajoute une couche sur l'insouciance complète de Conan, qui ne réagit presque pas au fait qu'un inconnu baraqué pouvant potentiellement être Rum sache qu'il est le cerveau derrière Kogorô l'Endormi. Une des premières fois où Aoyama a utilisé ce stratagème scénaristique fut lors de Réunion avec l'Organisation.

Pour qu'une confrontation contre l'Organisation soit déclenchée, il peut y avoir trois éléments déclencheurs : soit l'Organisation fait un pas en avant (→ Vermouth qui envoie une lettre à Shinichi), soit Conan fait une erreur qui mène à la confrontation, comme dans Réunion avec l'Organisation (→ Conan voit Gin et Vodka et décide de foncer tête baissée), ou dans Black Impact (→ oublie qu'il a planté un micro sur Kir, puis file l'Organisation dans la voiture d'Agasa sans même prévenir le FBI).
 Ce que cette file nous révèle de plus ''gros'', c'est que Conan sous-estime complètement son adversaire. Il a beau avoir été terrorisé, il a vite fait de mettre Kuroda de côté. Il est possible que ce soit cet état d'esprit que Gôshô décide de faire revenir à la fin de l'arc pour déclencher une grosse confrontation.

Haibara dit ensuite ''Tant mieux'', et la conversation s'arrête ici. L'auteur passe à la partie ''Enquête'' de la file (il faut bien prouver que le manga s'appelle bien ''Détective Conan'' pour une raison), et nous n'avons plus rien qui touche à la trame principale jusqu'à la dernière page du chapitre 920.
Ce système narratif est celui qu'Aoyama gardera probablement durant tout l'Arc de Rum. Il prend une page et demie environ au début de la file dite ''d'exposition'' (→ celle qui plante le décor, c'est-à-dire la première partie de l'affaire), puis une page environ à la fin de la file de conclusion (→ dans notre cas, la file 920). Tout le reste du chapitre concerne l'affaire et le développement des personnages.

Mais pour pouvoir caser ces deux pages et demies de trame, Aoyama a dû créer une affaire ''simple''. Comme faire une affaire avec trois suspects prendrait trop de place (il n'aurait donc pas pu caser des morceaux de trame au début et à la fin), il a opté pour un choix plus judicieux : faire une affaire où il n'y a qu'un seul suspect, mais où le lecteur doit se concentrer sur la façon que la coupable (qui est obligatoirement le seul suspect de toute l'affaire) a eue, pour tuer sa victime.

On retrouve la trame principale dans la dernière page de la file 920.
Alors que l'affaire a été résolue par le professeur Agasa, qui a droit aux félicitations habituelles de Megure, Takagi se penche vers Conan en lui disant qu'il est surpris ''qu'ils connaissent leur officier directeur'' (c'est-à-dire Kuroda). Conan se retourne, et voit Kuroda, qui le regarde.


Kuroda : Je savais que tu résoudrais cette affaire...
Kuroda : Je veux dire, tu es le cerveau derrière Kogorô l'Endormi !


A partir de ce moment-là, Conan est paniqué. Il se retourne, et fixe, choqué, Kuroda. Agasa, aussi effrayé de Kuroda que l'est Conan, lui demande qui il est. Kuroda répond qu'il est le remplaçant de Matsumoto (→ comprenez par là que Matsumoto est donc devenu Senior Superintendant, et Kuroda Intendant).
 Grâce à cette nouvelle position au sein de la police Japonaise, Kuroda devient le supérieur de Megure, Shiratori, Nakamouri, Sato, et à peu près tout le monde hormis Heizo Hattori, Matsumoto et le Superintendant Général Hakuba. Il peut les plier à ses demandes, et surtout, mettre son nom partout. Dès que Conan rencontrera un nouveau corps, on peut s'attendre à ce que Megure et Takagi soient éclipsés par quelqu'un de bien plus dangereux : Kuroda.

Il tend la main pour la serrer à Conan, ce qui nous permet d'avoir une vue sur Haibara. Celle-ci est effrayée et se cache derrière Conan, tout comme elle se cachait derrière Ran lors du Mystery Train. Cependant, étant donné que la file 921 ne continue pas sur la rencontre entre Conan et Kuroda, nous ne pouvons pas savoir si oui ou non sont radar à Organisation s'est déclenché. Etant donné que la file 921 n'a pas continué l'histoire et ne comporte pas Haibara, nous pouvons imaginer qu'il y a plus de chances que son radar ne se soit pas allumé (et que donc sa réaction soit la même que celle de Conan ou d'Agasa : de la peur), qu'il y a de chances qu'il se soit bel et bien allumé.

La KudoAnalyse de l'affaire suivante sortira, s'il y a des éléments à analyser évidemment, lorsque l'affaire sera publiée en entier (c'est-à-dire au chapitre 924). Gôshô prendra une pause dûe à son hospitalisation après la file 924, et cependant un mois au minimum.