KudoAnalyse : Files 936 à 938

Bonjour à tous et à toutes, Conan-patriotes !
 
Nous nous retrouvons aujourd'hui, une fois de plus, pour la KudoAnalyse de l'affaire Girls Band, qui s'étale des chapitres 936 à 938. Comme d'habitude, nous ne parlerons pas du contenu de l'affaire elle-même, mais de ses rapports avec les trames, qu'elles soient principales (tout ce qui touche à l'Organisation, aux Serakai), ou secondaires (les situations romantiques, les futurs plot points).

Le chapitre commence au café Poirot, dans lequel Sonoko, Masumi, Ran et Conan se sont retrouvés. Sonoko propose à ses amies de former un groupe de musique, en prévision d'un concours de musique dans la ville de Beika, qui fait office de compte à rebours avant le Nouvel An.
 
A la fin de l'affaire, Sonoko ne forme pas de groupe de musique comme prévu, mais le concours existe toujours. On peut déjà entrevoir plusieurs possibilités sur la suite des évènements : il est possible que Gôshô oublie totalement l'idée de ce concours, ou alors, qu'il le garde en réserve pour une autre affaire (qui pourrait arriver n'importe quand à partir de décembre). Cette décision n'est que très peu prévisible pour le moment, car l'auteur peut en décider comme il le souhaite, et rien ne prouve ni ne contredit cette idée. Un exemple récent de réutilisation de personnages est l'affaire Le Chat et les Maîtres, dans lequel on retrouvait le chat Taii, vu pour la première fois dans l'affaire Le Camion réfrigéré.


Lorsque Sonoko distribue les rôles, et fait une (subtile) allusion à K-On !, Masumi dit qu'elle jouera de la basse, parce qu' « un ami de [s]on frère [lui] en a appris les rudiments ». Nous y reviendrons plus tard.
 Alors que Sonoko tente de faire de la guitare, Amuro arrive pour l'aider, prend la guitare, et joue un court morceau de façon impressionnante. Nous devons donc retenir le fait que et Masumi, et Amuro savent jouer un instrument de musique similaire.

Une fois que Sonoko a fini de jouer, Masumi dit à Amuro :



Amuro est, bien évidemment, en train de mentir, car les personnages ont été en contact au moins une fois directement, à la fin de La Nocturne des Détectives. Comme nous en avions parlé dans une des nos théories à propos de la famille Serakai, Amuro, en voyant Masumi, l'avait regardé, et avait it « Pourquoi ici... ? ».

Nous pouvons aussi voir un parallèle entre la question de Masumi, et celle de Conan, dans le chapitre 849, et qui révèle un des grands thèmes de l'Arc de Bourbon et de, désormais, l'Arc de Rum : quelle identité ont les personnages ? Qui sont-ils réellement, et que cherchent-ils à faire ?

Bien que ces thèmes aient été présents dans certains des arcs précédents (comme, notamment, l'Arc de Vermouth, où l'identité de Jodie ''Saintemillion'' et Vermouth étaient restées secrètes jusqu'à la confrontation finale), c'est bien à partir de l'Arc de Bourbon post-Mystery que tout a commencé à s'enchaîner. Conan ne sait pas qui est Masumi, Masumi ne sait pas qui est Rei, Rei enquête sur Conan, Conan enquête sur Rei, Shûichi enquête sur Rei, Masumi enquête sur Haibara, et Conan sur la Gamine. Masumi revient donc sur une sorte de pied d'égalité avec Conan, car elle est elle-même dans le questionnement : sa question, « Nous nous sommes déjà rencontrés quelque part, non ? », n'est pas réellement une question ouverte à une réponse, car Masumi, en utilisant le ''non'' (ボクとどこかで。。。あった事ないか?, ない (nai) étant la négation), donne déjà une partie de la réponse : elle sait qu'elle a déjà rencontré Amuro, mais ne sait plus où.

L'intrigue se poursuit en page 8, dans laquelle Masumi demande à Amuro s'il sait jouer de la basse. Celui-ci, d'un air malicieux, lui répond « Oui... mais il n'est pas certain que je joue aussi bien... Que l'ami de votre frère ».
 En disant cela, et qui plus est grâce au gros plan accordé par Aoyama sur son visage, on comprend rapidement ce que Rei veut dire : il insinue qu'il connait l'ami du frère de Sera. Cette idée sera reprise par Amuro dans la page suivante.

Masumi joue de la basse, et dit que c'est un ami de son frère qui lui a appris à jouer de la base. Rei demande à Masumi si celle-ci se souvient à quoi l'homme en question ressemblait, et Masumi répondait « Oh... je ne sais pas », puis « Comment le saviez-vous, que c'était un homme ? ».
 Comme nous en avons discuté en commentaires sur la page 16 du chapitre, la langue japonaise est souvent très ambiguë. N'ayant pas de féminin, lorsque Masumi parle de l'ami de son frère, elle dit « 兄貴の友人” (Aniki no yûjin), traduisible par « Un ami  de mon frère », mais aussi « Une amie de mon frère ». Le fait que Rei ait tout de suite su qu'il s'agissait d'un homme est donc surprenant.
 Amuro répond à Masumi « Oh... je ne sais pas » à son tour. On peut voir un parallélisme entre la réponse évasive de Masumi, qui dit ne pas se souvenir à quoi ressemblait l'homme qui lui a appris à jouer, et celle d'Amuro, qui fait exprès de répondre avec la même expression (まあ。。。なんとなく。。。 "Maa... Nantonaku"), et un regard amusé.


Il faut attendre la page 13 pour retourner à des éléments de trame. Alors que Sonoko lui demande si elle peut être la vocaliste du groupe, Masumi répond qu'elle ne peut pas, et, se tournant vers Ran, lui demande si « [S]on petit-ami Shinichi-kun » sait jouer de la guitare ou pas. On retrouve les éléments qui caractérisaient le comportement enquêteur de Masumi lorsqu'elle apparaissait plus fréquemment, à savoir de faire des liens avec Shinichi dès qu'elle le pouvait.
 Cela a bien évidemment un lien avec l'intrigue Serakai, mais on peut aussi y voir une volonté de Gôshô de montrer une progression dans la question de l'identité-même de Conan : celui-ci a réussi à se cacher pendant un certain moment, mais Heiji continue de l'appeler Kudô même devant les figurants-zombies (chapitre 933), sa réputation a grandi et Kuroda, dans le coma pendant dix ans, a entendu parler de lui (chapitre 920) et Ran a été mise au courant qu'il a des gadgets très puissants pour se défendre (chapitre 814). Il y a une réelle progression, depuis plus plus de cent cinquante chapitres, et qui s'est amplifiée depuis les apparitions fréquentes de Sera, du rapport à l'identité de Conan. Il n'est plus aussi protégé qu'avant, il n'est plus aussi anonyme qu'avant, et Ran montre de plus en plus de signes d'être apte à comprendre qui il est vraiment.
 Ainsi, au lieu de juste s'arrêter à « Shinichi joue du violon, mais pas de la guitare », Ran continue de rougir, et, en se tournant vers Conan, dit que ses capacités vocales sont « aussi élevées que celles de Conan-kun ». Nous gardons cela en tête pour les chapitres futurs.

Les détectives enquêtent jusqu'à la page 9 du chapitre 937. Là, Masumi regarde une personne porter un étui de basse sur son dos. Ran demande à Masumi s'il y a un problème, et Masumi dit que cela lui a « rappelé un souvenir ». Elle explique dans la page suivante.
Masumi raconte avoir croisé son frère, Shûichi, à une station de train, quatre ans avant l'instant présent dans Conan (donc lorsque Shinchi et Ran avaient environ 12 ans). Celui-ci, qui discutait avec un autre homme dont le visage était caché, portait un étui de guitare sur son dos. Conan écoute ce que Masumi dit, et apprend donc une bonne fois pour toute que Masumi est bien la sœur d'Akai, en montrant au passage qu'il avait déjà des doutes.

Sera continue de raconter, et dit qu'elle ne s'attendait pas à sa présence au Japon, parce qu'il était censé être parti pour les Etats-Unis. Après l'avoir suivie, Shûichi l'a remarquée, et est parti lui chercher un ticket pour retourner chez elle. Pendant ce temps, l'autre homme avait retiré sa capuche, et lui avait donné une rapide leçon de musique avec la basse qu'il portait.
Masumi, sortant du flashback, fait la remarque qu'elle avait remarquée que l'étui était resté debout malgré le fait que l'ami de son frère ait retiré sa basse. D'un air honnête, elle se demande à elle-même tout haut ce qu'il pouvait y avoir dans l'étui d'autre qu'une basse. Conan comprend immédiatement qu'il s'agissait peut-être d'un sniper.
 Lorsque Sonoko demande à Masumi si celle-ci a demandé son nom à cet homme, Masumi répond que non, mais qu'une personne est arrivée par derrière eux, et l'a appelé « Scotch ».
 On se retrouve là totalement dans l'Arc de Rum, dont les bases ont été posées en levant deux questions principales : « Qui est Rum », et « Qui est Scotch ? ». Bien que la question « Qui est Rum » ait déjà été abordée dans les derniers chapitres, tout en restant irrésolue, la question de Scotch a mis plus de temps à ressortir, et c'est là une des premières fois où l'on en entend parler.

Conan est vu en train de réfléchir (symbolisé par les points de suspension …), et Ran demande à Masumi s'il était étranger. Masumi répond qu'il lui semblait bien qu'il était Japonais. Masumi commence sa phrase (« Mais je n'arrive pas à m'empêcher de trouver que son visage ressemblait... »), puis se tourne vers Amuro et lui dit directement « Je trouve qu'on dirait votre visage, Amuro-san ! ».


Amuro réplique immédiatement, et lui dit « Vous vous trompez. ». Le fait qu'il soit si sûr de ne pas la connaître depuis longtemps est étrange : comme il l'avait lui-même dit dans l'affaire Une Tea party tendue, « Au lieu de répondre ''non'', les personnes demandent, [avant de répondre], d'autres informations sur la personne concernée. (à Conan) Mais toi, tu es incroyable, petit. Me répondre de façon certaine avec juste un nom... » : s'il ne la connaissait vraiment pas, Rei aurait demandé des informations à propos de Masumi. Là, au contraire, non-seulement il l'assure qu'il ne la connait pas, mais il demande à changer de sujet.
 Lorsqu'il lui demande si elle est, ou pas, une détective, Masumi répond, une fois de plus un gros plan sur son visage, « Oui, je le suis ». Bien que la scène semble relativement banale, le visage de Masumi, ainsi que l'insistant sur ses mots, peut aussi indiquer le contraire. C'est là une potentielle remise en cause, ou dans tous les cas un questionnement, sur la raison pour laquelle Masumi est une détective : bien que l'on sache à partir de la fin de la file 938 c'est Shûichi qui lui a donné cette envie-là, nous ne savons ni quand, ni réellement comment. Il est possible qu'Aoyama dessine une affaire qui ait comme histoire de fond un mini-arc qui explique par un flashback comment Masumi a décidé de tout cela, et pas quelle(s) action(s) de son frère elle aurait pu être inspirée.

C'est à la fin de la file 938 que se situent les dernières informations tramesques de l'affaire. 
Aoyama se sert de ces dernières pages pour faire un résumé de la situation, faire une synthèse de toutes les informations que l'on a pour le moment, tout en rajoutant quelques nouvelles informations subtilement. Masumi dit que son envie d'être une détective provient de son frère, et rappelle, suite à la question de Ran « Oh, le frère qui t'a aidée à résoudre une affaire il y a quelques temps ? » qu'elle a deux frères : le second-frère, celui « du milieu » (donc celui né après Shûichi, mais avant elle, et dont l'identité n'a pas encore été officiellement confirmée), et l'autre, celui qui lui a donnée envie d'être détective.

Sonoko demande, pour une raison inconnue, si il est mort dans l'exercice de ses fonctions. Masumi répond qu'il l'a effectivement été, mais qu'il n'était pas un agent pour le Japon, mais pour le FBI. On remarque l'utilisation curieuse de la formulation « FBIエージェント» (FBI ējento), qui est un recours au mot anglais « agent », plutôt que d'utiliser sa version japonaise. C'est un des nombreux cas d'utilisation de l'anglais de Masumi, et qui nous avait fait penser que celle-ci pourrait avoir, par sa mère ou cousins, des relations avec l'Angleterre (on pense notamment au "football" au lieu du mot traditionnel "sakka", "joke" au lieu de ​"jôdan"...).


Masumi dit, de nulle part, qu'obtenir une Green Card (le pass pour être résident aux Etats-Unis) est « très compliqué ». Bien que cela soit effectivement vrai, il faut aussi se rappeler qu'un autre personnage de Détective Conan a un rapport avec la Green Card : Eisuke.

Le personnage mal-aimé ayant dit vouloir quitté le Japon dans le tome 60, et n'étant plus réapparu ensuite, on pouvait imaginer que le personnage aurait tout simplement été éjecté à tout jamais par les éditeurs. Seulement, dans une des questions/réponses du Super Digest Book 80+, Aoyama a dit qu'Eisuke reviendraidans le manga, mais sans préciser la date. Cette mention de la Green Card n'est probablement pas anodine, et Aoyama ne fait pas du remplissage dans une page si cruciale au niveau des futurs évènements : il est possible, sans être certain ni même probable, que cette mention de la Green Card soit de la préparation de terrain de Gôshô pour une future intrigue Hondô-esque.

Conan demande confirmation à Masumi une dernière fois sur l'identité du grand-frère de Masumi, et celle-ci dit, publiquement, qu'il s'appelait Shûichi Akai. Conan pense « C'est bien ce que je pensais... », indiquant donc qu'il avait des doutes, tout en n'ayant pas de preuve.
 Bien que l'on puisse être consterné quant au fait que Conan n'ait pas demandé à Shûichi, avec qui il collabore pourtant depuis plusieurs mois, il faut une fois de plus analyser la façon avec laquelle Aoyama écrit son œuvre. Un des plus gros problèmes dans l'avancement dans la quête contre l'Organisation, dans l'histoire, est le manque total de partage d'informations entre les personnages. Même lorsqu'ils sont dans le même camp, ils ne partagent que le strict nécessaire d'informations entre eux (Shûichi n'a rien dit à Conan, qui a pourtant arrangé sa survie et sa fausse-mort, sur sa famille). Cela ralentit la progression de Conan dans l'histoire, mais aussi, et c'est le but des éditeurs, le rythme de l'histoire : si Haibara avait donné toutes les informations qu'elle sait à propos de l'Organisation à Conan et Agasa au début de l'Arc de Vermouth, Conan aurait pu progresser bien plus rapidement. Mais d'un autre côté, cela a permis aux éditeurs de faire durer le manga jusqu'à de nos jours, au chapitre 939, et à ne distiller des informations qu'au fur et à mesure.

Sonoko demande à Masumi qui est la personne qui a donnée des cours de musique à Masumi, ce à quoi Masumi répond qu'elle doute que c'était un autre agent du FBI. Amuro, en arrière-plan, en temps que rappel, dit que c'était un agent du PSB.
 Le PSB, le Public Security Bureau, est une sorte de FBI, mais qui opère dans tout le Japon, et n'a pas exactement les mêmes tâches que son homologue Nord-Américain. Ils sont ceux que l'on voit dans le film 15, par exemple, qui entourent le maire de Tôkyô et sont responsables de leur sécurité : Rei fait partie de ce groupe qui assure la sécurité du territoire, tout comme Scotch en faisait partie avant que Shûichi ne le tue.



Parmi les choses que l'on peut retenir de ce chapitres, il faut bien remarquer que l'on a là une piqûre de rappel de la part de Gôshô qui, soucieux que l'on ait oublié les évènements de Scarlet Showdown, nous rappelle quelques grands points de l'intrigue. Mais le chapitre ne se contente pas de cela, et nous donne des nouvelles informations : Conan est désormais sûr et certain que Masumi est la sœur de Shûichi, Rei ne veut pas que Masumi sache qu'elle le connait, Masumi a rencontré Scotch, etc.. Toutes ses informations sont à garder en tête pour les chapitres à venir, car le personnage de Masumi est trop ''flou'' pour être, pour le moment, décriptable. Mieux vaut attendre les futurs avancement dans la trame pour se lancer dans des déductions, plutôt que de spéculer vainement, avec le peu d'informations disponibles pour le moment.
 Mais dans tous les cas, on remarque tout de même une volonté de remettre la trame en avant, volonté que l'on a pu remarquer depuis le début de l'Arc de Rum, où quasiment toutes les affaires ont été soit en rapport avec la trame, soit une Major Case (une affaire en plus de trois chapitres). On peut voir dans cette démarche deux choses : tout d'abord, le plan des éditeurs pour rendre la série plus dynamique, donner une impression de rapidité dans les affaires. Mais on peut aussi se demander si cet enchaînement d'affaires tramesques n'augure pas quelque chose au niveau du film 20 : celui-ci, contenant Amuro et Shûichi, se basera probablement sur le thème/les sous-intrigues qui seront au centre du manga à l'époque de sa sortie (comme le film 18 avait une intrigue basée sur la question « Qui est Subaru Okiya ? », qui était justement au cœur de la trame dans le manga à l'époque de la sortie du film). Ainsi, il sera peut-être possible de deviner quelques morceaux de l'intrigue du film 20 en se basant sur les chapitres sortis entre entre novembre et avril.