Les Fillers en 1999

Bonjour à tous et à toutes !
 Après nous être attaqués aux fillers des années 1996 à 1998, il est temps de critiquer les fillers de l'année 1999.
A cette époque-là, Conan franchit de nouvelles étapes, et les affaires se surpassent. Haibara apparaît pour la première fois lors de l'épisode 129, le premier épisode de l'année, et la production de la série vont tout faire pour la rendre populaire auprès du grand public, c'est-à-dire en la faisant apparaître dans des fillers. C'est parti.

Le premier filler de l'année a été diffusé en février, et s'appelle « L'Affaire de la Recherche de l'Arme Disparue » (épisode 135)
Alors qu'Ayumi marche dans la rue, et que ses cheveux ne sont pas plus longs que d'habitude, elle décide soudainement d'aller se faire couper les cheveux chez sa coiffeuse préférée. Celle-ci se fait assassiner pile le jour suivant, et l'enquête pour trouver l'arme commence.

Ce filler est mythique dans certaines communautés comme un des pires fillers que l'on puisse trouver dans les 300 premiers épisodes de Conan. Certes, il a ensuite été détrôné dès les épisodes 400/500, où chaque filler valait son pesant de fumier, mais il reste extrêmement horrible à regarder. Les dialogues sont horribles, que ce soit dans la VO, ou la VF (« Ecoute Conan, l'inspecteur et moi sommes très occupés, et nous n'avons rien à faire de tes histoires d'ordures », ou le « Vous vous rendez compte, je me suis réveillée à 5 heures du matin ! Je suis tellement heureuse ! » d'Ayumi), le mobile du meurtre est horrible (« ELLE VOULAIT COMMENCER SA VIE PROFESSIONNELLE, ALORS JE L'AI TUEE ! »), et l'arme du crime (un cintre bleu) est juste stupide. La manière dont Conan le retrouve (→ en allant dérangeant une famille de corbeaux) est stupide, la manière dont Megure déduit que l'arme est un cintre (→ « Mais oui c'est clair ! Seul un ceintre bleu peut faire ce genre de blessure ! ») l'est tout autant, bref, quasiment tout est à jeter.
 Un filler dans le seul but était de rentre Haibara connue du grand public, et qui ne sert pas à grand chose. Décevant, Kôchi-sama... 2/10. Cet épisode vous donnera le cancer.


Heureusement pour les spectateurs, le filler qui suivit, « Un SOS d'Ayumi » (épisode 140), fut bien meilleur.
Alors qu'Ayumi est malade, chez elle, un cambrioleur s'introduit dans sa maison et la prend en otage. Elle doit essayer de contacter Conan et lui faire comprendre sa situation avant que le cambrioleur ne la tue.
 Mais contrairement à d'autres fillers qui se seraient contentés de faire des scènes dans la maison d'Ayumi, là, l'affaire commence chez le professeur Agasa et fait un peu de développement de personnage sur Haibara. Ensuite, Conan et les Détective Boys mènent l'enquête en étant à Teitan, à distance, au lieu de les faire juste se déplacer dans un appartement random comme les fillers le font de nos jours. Le moment où Conan réalise qu'Ayumi est en danger est aussi prenant qu'épique, et le fait que le kidnapper ne soit qu'un voleur fait que le scénariste n'a pas à donner de mobile foireux au coupable. Un épisode à voir quasi-obligatoirement. Kôchi-sama, vous êtes pardonné. 9/10.

Et malheureusement pour le spectateur, la suite a été bien en-deçà de la quasi-excellence de l'épisode précédent.
 L'épisode 143, « L'Observation Astronomique Suspecte », est un des premiers fillers mettant un scène un schéma que l'on va rencontrer par la suite. Sonoko invite Ran qui invite Conan à un endroit aléatoire (dans le cas de l'épisode 144, un observatoire), un meurtre se passe, et Conan résout l'affaire en, généralement, endormant Sonoko.
Le seul problème, et qui cependant très révélateur de la qualité du scénario, c'est que l'ambiance est juste intenable. Le script est lent et mal géré. Les suspects ne sont pas charismatiques, on ne peut pas s'intéresser à eux comme on a pu s'intéresser au coupable de l'épisode 143... et c'est bien dommage.
 Il y a relativement peu de choses à dire sur cette affaire. La présence de Sonoko la Reine de la Déduction est plaisante, mais presque inutile. Conan aurait pu résoudre l'affaire lui-même en disant qu'il avait vu quelque chose dans le genre à la télévision par exemple. Haibara n'est pas présente, alors qu'elle aurait été un bon ajout à cette affaire qui manque cruellement de vision et d'un concept un minimum novateur. Et ne pas faire comprendre dès la première minute de l'épisode qui est le coupable pourrait, peut-être, être une bonne idée. 5/10.


L'épisode 148 a tenté de remonter le niveau en faisant quelque chose d'un peu ''différent'' : alors que l'affaire de l'épisode 143 était bloquée dans un seul décor, avec un background inintéressant et une affaire assez fade, l'épisode 148... fait à peu près la même chose.
 A la seule différence près que l'épisode 148 a tout de même le mérite de se passer dans une gare et un RER, ce qui nous change de juste l'appartement habituel, ou d'un parc dans lequel Conan tomberait, par hasard total, sur un cadavre.
Le problème majeur de l'affaire est qu'elle n'est pas intéressante. Autant l'épisode du SOS d'Ayumi scotche du début à la fin, autant vous n'aurez qu'une envie avec cet épisode-là, détourner les yeux. Les dessins sont bien faits et la musique est agréable, mais les Détective Boys sont inutiles, l'histoire (→ tentative de meurtre dans un RER, puis un vrai meurtre) est fade, bref, pas un très bon épisode. 5/10.


La semaine suivante est sorti l'épisode 149, ''L'Affaire du Saut à l'Elastique du Parc d'Attraction''. Et même s'il réussit à faire un peu mieux que son prédécesseur (ce qui n'était pas une tâche ardue à l'époque-- alors qu'elle l'est beaucoup plus aujourd'hui), en mettant en avant notamment un environnement inhabituel, un parc d'attraction, et en mettant en scène une réelle enquête avec un réel meurtre, l'affaire est facile, de peu que l'on se concentre durant le visionnage.
 L'histoire est basique mais suffit pour un filler : Conan, Kogorô et Ran vont dans un parc d'attraction, où un spectacle de Kamen Yaiba est réalisé. L'acteur de Kamen Yaiba meurt en se jetant du Grand 8, à cause du sabotage de la corde de sécurité de son saut à l'élastique. Conan enquête sur l'affaire avec Kogorô, Takagi et Megure, et résout l'affaire.
Même si l'affaire est basique, elle peut quand-même plaire. On se demande tout de même pourquoi les Détective Boys ne sont pas présents, alors que Kamen Yaiba est le centre-même de l'affaire. De même, Haibara est totalement mise de côté, alors que le scénariste aurait pu se servir de la relation Conan/Haibara pour faire d'Haibara l'assistante de Conan, qui s'occuperait de tout ce qui est ''scientifique'' dans l'affaire (plutôt que de faire croire que Takagi est un génie en physique...). 
 Du potentiel, gâché. 6/10.



Les deux fillers suivants, les épisodes 150 et 151, ne forment qu'une seule affaire : « .La Vérité Cachée Derrière l'Explosion de la Voiture ».
Scénarisé par Kôchi-sama-le-Grand, cette affaire est une des meilleures faites par Kôchi. Celui-ci, en connaisseur de la série (d'où l'intérêt d'embaucher des scénaristes qui connaissent la série sur le bout des doigts et l'apprécient), installe un excellent décor, en se permettant même le luxe de fouiller dans le passé de Kogorô, lorsque celui-ci était à la police.
 Alors qu'il est censé retrouvé deux anciens élèves dont il avait été tuteur dans sa jeunesse, une des deux élèves meurt devant ses yeux dans une explosion de voiture, et l'autre est hospitalisée. Même si Conan mène son enquête, l'histoire est centrée sur Kogorô, et c'est lui que l'on suit au long des deux épisodes qui constituent cette très bonne affaire. Le fait de voir Kogorô réfléchir à nouveau et utiliser son esprit logique, ainsi que la fin assez émouvante de l'épisode, nous rappelle que les fillers en deux parties sont tout de même généralement bien meilleurs que les daubes en une partie auxquelles nous avons généralement le droit de nos jours. 9/10, à voir pour sa culture Conan, et pour Kogorô. Et mention spéciale pour le thème de Gin, présent dans les deux épisodes !

Et, preuve que la chance peut, parfois, sourire aux spectateurs des fillers, l'épisode qui a suivi l'excellente affaire des épisodes 150/151, l'épisode 152, est aussi très bon. 
L'épisode, nommé « Le Mystérieux Passagers dans le Bus », raconte une soirée où Ran et Sonoko sont allés faire du shopping, et ont rencontré un homme étrange dans un bus, qu'elles essayent de retrouver après s'être endormies.
 Pour une fois, Conan n'est pas le centre de toute l'action et l'enquête : Ran a un rôle très intéressant, Sonoko est aussi intéressante, et, pour une fois, on peut voir les personnages dans leur vie ''de tous les jours''. Même si l'enquête n'est pas géniale en soi, une sorte de jeu de piste dans Tôkyô, l'épisode fait partie de ces affaires où l'on n'a pas envie de détourner les yeux du regard. On reste scotché à l'écran tout du long, tant Ran est intéressante, la fin est épique, et l'ambiance est géniale. Un épisode qui aurait pu venir du manga, et qui fait office de très bon filler. 8,5/10.


L'épisode suivant est l'épisode 155, « La Clé Sous l'Eau de la Chambre Close », un filler assez classique où Kogorô, Ran et Conan sont invités par une obâ-san typique japonaise chez elle. En entrant dans la chambre de son neveu, ils découvrent son cadavre, étalé au sol, dans une mare de sang.
 Et même si l'ambiance aurait pu être assez bonne, une affaire classique Kogorô/Conan/Ran faisant toujours plaisir, l'affaire se rate complètement avec son enquête inintéressante au possible. Contrairement à l'affaire précédent, jamais vous n'aurez envie de tout regarder, mais seulement de passer les passages où Kogorô et Megure parlent en continu sans jamais s'arrêter. C'est bien dommage, étant donné que le stratagème du meurtre (→ une clé flottante) aurait pu être très bien utilisé. Potentiel gâché. 4,5/10.


L'épisode 158 allait peut-être remonter la barre, en proposant quelque chose de mieux. L'a-t-il fait ? Oui.
Sans aucun sarcasme, les spectateurs sont vraiment chanceux que, malgré certains fillers ennuyeux de la saison de 1999, l'ont ai aussi eu droit à des fillers bons, voir très bons fillers. Et même si « La Ligne de Métro Silencieuse » n'est pas un des meilleurs fillers de tout Conan, ni même un des meilleurs fillers de 1999, il réussit, dans le sens où il nous fait oublier l'expérience assez mauvaise de « La Clé Sous l'Eau dans la Chambre Close ». Et pourtant, les deux affaires se présentent de la même façon : Kogorô, Ran et Conan sont en ville, ils croisent un cadavre, enquête, résolution de l'affaire.
 Mais ce que l'épisode 158 a de plus, c'est qu'il est beaucoup moins ennuyeux que son prédécesseur. Alors que dans l'épisode 155, on n'a qu'une seule envie, éteindre la vidéo, là, on a envie de voir l'épisode jusqu'au bout pour arriver jusqu'à la résolution du crime.
Alors que Conan, Kogorô et Ran retournent chez eux en utilisant le métro, ils rencontrent un groupe de trois amis, qui sortent du bureau. Ces amis trouvent dans le compartiment d'à côté le cadavre d'une de leurs amies, Kyomi, qui est morte en écoutant de la musique.
Et même si l'enquête en elle-même est très facile, et résoluble par n'importe quel spectateur, l'ambiance est là, et on sait très bien que l'on regarde du bon vieux Détective Conan. Même si l'épisode n'est pas extraordinaire en soi, il est très regardable. 7/10.


Les épisodes 159 et 160 sont le dernier filler en deux parties. « La Légende des Cinq Mystérieuses Pagodes » est une preuve que même les fillers en deux parties peuvent être ratés, même s'ils ont une bonne enquête, juste parce que le scénariste n'aura pas écrit un scénario bien rythmé.
 Alors que cette affaire où Conan, Kogorô et Ran sont invités dans un temple lugubre où des personnes se font pendre en série aurait pu être excellente, tous les éléments sont réunis pour en faire un classique, le scénariste a fait un énorme pied de nez en rendant l'histoire inintéressante au possible, grâce à des dialogues lents et qui manquent de saveur, et aucune dynamique intéressante entre les personnes. La fin ne fait pas honneur au scénariste, qui pourtant a écrit un autre bon filler pour Conan (l'épisode 179), et laisse un goût assez fade. Pourquoi ne pas avoir laissé Miyashita ou Kôchi s'occuper de ce filler en deux épisodes ? 6/10.


Le filler qui a suivi était l'épisode 161, « La Mort Arrive par les Eaux ». Ce filler est un des exemples qui illustre le fait que Conan est réellement une émission ''culturelle'' au Japon, et pas seulement un animé policier.
L'histoire prend place dans un restaurant sur l'eau, un type de restaurant typiquement japonais, où la nourriture est transportée sur des bateaux, et passent devant la pièce où vous mangez. Comme on pouvait s'y attendre, l'enquête n'est pas aussi poussée qu'elle l'aurait été si nous avions été dans le manga Conan. Mais contrairement à certains fillers, l'affaire se laisse regarder, et on a envie de regarder jusqu'au bout, au lieu de simplement fermer la fenêtre et passer au filler suivant. Ran a beau ne pas avoir un très bon rôle, Kogorô est lui assez plaisant, et on ressent un peu de l'humour d'Aoyama. L'épisode se laisse regarder, le background est original, bref, un bon filler. 7/10.


L'épisode 165, « La Disparition des Détective Boys », est l'avant-dernier filler de l'année 1999. Et, comme le titre l'indique, les Détective Boys sont de la partie.
 Mais comme souvent avec les fillers des premières années de DC, oubliez le cliché ''les affaires avec les Détective Boys sont nulles à chier des arc-en-ciels'' : l'épisode 165 est une preuve que les scénaristes de fillers maîtrisaient, avant, très bien les personnages, et leurs dynamiques.
 Même si le scénario peut paraître banal (→ un groupe d'enfants va dans une sorte de chalet en montagne pour répéter un numéro de marionnettes), il devient de plus en plus intéressant au fur et à mesure qu'il progresse. Bien que la résolution de la première partie de l'affaire était prévisible, l'épisode surprend parce qu'il propose une deuxième fin par dessus la première fin, qui elle, par contre, est non-seulement surprenante, mais fait aussi hommage à Mitsuhiko, qui vole enfin la vedette à Conan. A voir, juste pour faire la paix avec les Détective Boys. 6,75/10.


Et le dernier filler de l'année 1999 est « Le Baiser de Vénus », l'épisode 169, rend bien hommage à la série.
Alors que l'on aurait pu s'attendre (la Malédiction des Fillers de Fin d'Année oblige) à un filler de mauvaise qualité, avec une mauvaise affaire et des personnages peu charismatiques, on se retrouve là avec une bonne affaire, une très bonne ambiance typique des 200 premiers épisodes de la série, et des personnages assez attachants.
 Kogorô, Conan et Ran vont à l'aquarium de Beika, et assistent à un spectacle sous-marin. Seulement, l'actrice/plongeuse principale du spectacle est retrouvée morte, en face des spectateurs, et Conan doit résoudre l'affaire au plus vite.
Et la qualité de cet épisode montre que ce n'est pas parce qu'une enquête est facile qu'elle est forcément mauvaise. Certes, il est possible de déduire correctement l'identité du coupable du premier coup lors du visionnage, mais l'ambiance, et le fun qui ressort de l'épisode réussissent à convaincre le spectateur. Dommage que Ran n'ait pas plus d'importance dans l'affaire. 7,75/10.



Cette critique des fillers de 1999 est désormais terminée, nous espérons qu'elle vous aura plu ! N'hésitez pas à laisser un commentaire si vous souhaitez partager votre avis sur certains fillers ! ;)