Les Fillers en 2011

Après 1996, 1997, 1998, 2014, 2013 et 2012, c'est au tour des fillers de l'année 2011 d'être disséquée.
 L'année marque la sortie du film 15, qui célèbre les 15 ans de l'animé. Les films Conan ont été remis sur pied depuis le film 13, qui a donné un coup de boost à la franchise, et chaque film fait plus d'argent que le précédent. On pourrait donc s'attendre, après un boost des films, à un boost de la qualité des fillers... n'est-ce...pas ?

Le premier filler de l'année est l'épisode 602, ''Le Diable caché sur le court de tennis''. L'affaire débute comme beaucoup d'enquêtes de Conan : le petit détective, Sonoko et Ran sont invitées dans un endroit donné (→ dans notre cas, un complexe de tennis), où les habitants se battent entre eux pour une raison donnée (→ un héritage par exemple, dans notre cas, de l'argent et du pouvoir). L'épisode souffre principalement de deux problèmes : les dessins et l'animation, absolument horribles, et l'identité du coupable, devinable dès les six premières minutes de l'épisode. C'est dommage, un filler en deux parties aurait pu mieux exploiter le concept du court de tennis. 5,5/10.

A suivi un filler en trois parties, le seul de tout Détective Conan jusqu'à présent. ''Le Mystère du double-meurtre en chambre close de la séance'' est un filler qui regroupe tout ce que l'on aime dans Conan : un casting simple mais efficace (→ Kogorô, Conan et Ran), qui se perdent et sont acceptés dans un grand manoir où des fans d'une idole morte il y a quelques mois font une séance de magie pour rentrer en contact avec elle, des meurtres type ''Kindaichi'', et une enquête très intéressante. Les meurtres sont bien ficelés, les révélations géniales, et... comment ça, c'est pas Gôshô qui a écrit le scénario ? 9/10, fermez cet onglet et allez le voir tout de suite. Un point en moins pour les dessins.

Les épisodes qui sivirent, le 606 et 607, sont le retour de ''Confrontation au Tribunal'', une série de fillers qui mettent en scène Eri Kisaki, et qui racontent sa vie au tribunal. Cette série de fillers, qui a commencé en 2002 avec l'épisode 264-265 (''Confrontation au Tribunal I : Kisaki vs Kogorô''), est scénarisée par Yutaka Kaneko, qui n'a scénarisé aucun autre filler DC que cette série. Nous reviendrons sur Confrontation au Tribunal lors de l'article ''Les Fillers de 2002'', sortie en août.
 Dans cet épisode, c'est Kobayashi-sensei qui doit servir de juré au tribunal pour une affaire de meurtre. Elle remarque que quelque chose cloche dans l'affaire, et c'est à Conan d'aller enquêter sur place. L'affaire est résolue en direct au tribunal, et cela fait extrêmement plaisir d'enfin assister aux séances au tribunal d'Eri dont on entend tellement parler depuis des années. 8/10, deux points en moins pour l'animation et les dessins assez horribles, et le stratagème du meurtre légèrement simple.

Les épisodes 629 et 630 sont les prochains fillers sur la liste, et s'appellent ''L'Affaire du tournage de la vidéo promotionnelle''. On retrouve Conan, Ran, Sonoko et les Détective Boys (exceptée Haibara) sur une île perdue, et qui se retrouvent dans le même hôtel que dans celui d'une équipe de télévision. L'acteur principal est tué, et Conan doit enquêter, tout en ayant Ran dans les pattes. Un peu trop facile, le coupable est deviné facilement, et surtout relativement moche, l'affaire ne restera pas dans les mémoires. C'est dommage, pour un filler en deux parties... 6,5/10.

Fut ensuite diffusé l'épisode 631, ''Ce que l'Horloge florale savait''. Et comme son nom peut le laisser supposer... c'est de la bouse. Pure.
En plus des mauvais dessins, de la colorisation fade et des animations avec lesquelles vous n'oseriez même pas vous torcher, l'épisode 631 est basé sur une enquête quasi-inexistante et tirée par les cheveux. Un meurtre est commis dans le parc de Beika (qui a quadruplé de taille depuis sa dernière apparition, faut pas chercher) lorsqu'Ayumi y jouait aux majorettes. Conan enquête trente six secondes, parle à Haibara dix minutes, enquête à nouveau une trentaine de secondes, et hop, meurtre résolu. 5/10. C'est dommage, Masaki Tsuji a déjà fait mieux... Et les dessinateurs aussi.

"Bonjour. J'ai un léger problème facial."


L'épisode suivant, ''Meurtre dans un restaurant exigu'', a une enquête aussi pathétique que l'épisode précédent. Kogorô va faire des tournées dans un bar, y rencontre trois personnes, et la gérante du magasin se fait tuer. Conan et Ran arrivent, et Conan enquête pendant deux minutes cinquante dans le magasin. L'enquête est fade, l'histoire est fade, le meurtrier est cramé dès la première minute de l'épisode, la seule chose qui remonte le niveau, c'est que l'on suit Kogorô dans les rues de Tôkyô. 5/10.

Si vous avez toujours voulu voir Ran et Sonoko chez des témoins de Jéovah bouddistes ninjas, cet épisode est fait pour vous. Dans ''Faites attention aux cours de fitness'', Ran, Sonoko et Conan sont invités dans un centre de fitness et de soins. Une dame se fait tuer, une autre dame a l'air très louche, tout le monde déteste la méchante dame à part l'organisatrice qui l'aime bien, Conan révèle que (surprise !!!! :o) la coupable était l'organisatrice, fin de l'épisode. Merveilleux. 4/10.

Le filler suivant, ''La Leçon la plus utile du monde'', est un filler en deux parties. Il couvre les épisodes 636 et 637, et met en avant un casting un peu plus large que lors du filler précédent (Yoko Okino et Kogorô sont de la partie). Kogorô, Conan et Ran sont invités sur un plateau de télévision où Kogorô va être figurant. Cependant, l'attraction principale de l'émission de télévision, un ancien vase, est volé au cours de la répétition générale. L'enquête est assez faible mais l'affaire est drôle, et même émouvante à la fin. A voir, même s'il n'est pas un essentiel. 7,5/10.

Un nouveau filler en deux parties couvrent les épisodes 638 et 639 : ''Résoudre les mystères au palais des feuilles rouges''. C'est une nouvelle tentative de Masaki Tsuji de faire un bon filler Détective Conan. Et une fois de plus, même si ça n'arrive pas au niveau de son dernier épisode en terme de pathétique et de mauvaise histoire, ce n'est pas génial. Conan sauve la petite-fille d'un riche homme d'affaire, Kogorô et Ran et lui sont invités dans sa maison, meutre inintéressant où l'on comprend qui est le meurtrier depuis le début, couleurs relativements ou fades ou trop flashies... cet épisode n'a pas grand chose pour lui. 5,0001/10.

Et pour finir cette merveilleuse année, les épisodes 640 et 641, le Mystery Tour de 2011. Comme beaucoup de Mystery Tours, celui-ci a été écrit par Junichi Miyashita, qui est généralement un sigle de bonne qualité pour les fillers Détective Conan.
Les Mystery Tours sont des fillers en deux parties, diffusés en fin d'année chaque année, et qui mettent en avant une région ou une ville du Japon. Ils servent à faire de la publicité pour ces dites régions/villes, et des concours de déductions sont organisés dans une ville chaque année. Etant donné leur nature éducative et promotionnelle (qui plus est de la culture japonaise, dont les occidentaux n'ont généralement rien à faire), il y a énormément plus de chances qu'un Mystery Tour soit inintéressant au possible, que de chances qu'il soit intéressant. C'est le cas de ces deux épisodes : Miyashita beau être un très bon scénariste de Détective Conan, il a dû se plier aux règles des Mystery Tours, et faire faire du tourisme à Conan... ce qui réduit énormément l'intérêt de l'affaire. Mais malgré tout, grâce à son talent d'écriture, ce MT reste bien plus digérable que les Mystery Tours que l'on a eu les années suivantes. Bien joué, mais dommage. 6,5/10.

Comme vous avez dû le remarquer à le lecture de ces précédents paragraphes, l'année 2011 n'a pas été très gâtée. Aucun filler n'a été véritablement excellent, excepté "Le Mystère du double-meurtre en chambre close de la séance", et tous les autres ont été soit bons, soit à peine passables. 
Le défaut majeur de ces épisodes fillers est que les dessins et animations ont été bien moins bonnes que lors des premières années de la série (1996, 1997, 1998, etc.), d'où le sous-titre de cet article, "Lorsque les dessinateurs utilisaient Paint". C'est certes légèrement exagéré, mais cela retranscrit bien l'impression de dégoût que l'on a lors du visionnage de certains fillers. C'est bien dommage, étant donné que de bonnes animations et de bons graphismes peuvent parfois nous faire un peu oublier la qualité-même du scénario (Dragon Ball Super épisode 1)...